Essence algérienne Gerda 20 ml


Rhume, rhinopharyngite - A partir de 12 ans
  • Pour qui Pour qui : Dès 12 ans
  • Mode d'administration Mode d'administration : Voie inhalĂ©e par fumigation
  • Femme enceinte Femme enceinte : Non autorisĂ©
  • Allaitement Allaitement : Non autorisĂ©
  • Forme Forme : Solution pour inhalation

7,43 â‚¬
7,43 â‚¬
Le médicament L'Essence algérienne est un décongestionnant que l'on conseil au cours des affections respiratoires banales (rhumes, rhinopharyngites).

L'Essence algérienne est réservé à l'adulte et l'enfant de plus de 12 ans. Le flacon fait 20 ml.

Les substances actives sont : Eucalyptol 97,8 g, Menthol 1,2 g et le Gaïacol 1 g pour 100g de solution.

Posologie de l'Essence algérienne

Verser quelques gouttes dans un récipient d'eau très chaude et inhaler les vapeurs.
Répéter les inhalations 3 fois par jour.

Le traitement ne dépassera pas 5 jours. Si votre état ne s'améliore pas ou si vous avez de la fièvre, une expectoration purulente vous devez consulter votre médecin. 

Précautions d'emploi de l'Essence algérienne

L'Essence algérienne est contre-indiquée aux enfants ayant eu des convulsions dues à la fièvre ou non en raison de la présence de dérivés terpéniques.

Attention, il vous est recommandé de bien respecter les doses et la durée d'administration car les dérivés terpéniques peuvent entraîner à hautes doses des accidents neurologiques à type de convulsions, des pauses respiratoires et des malaises.

Un avis médical est conseillé avant d'utiliser l'Essence algérienne pour les adultes qui ont une épilepsie récente ou ancienne, les femmes enceintes ou allaitantes.

 LE CONSEIL DU PHARMACIEN

Chaque année, durant l’hiver des millions de personnes sont touchées par les épidémies virales et notamment la bronchite. Cette infection provient majoritairement de différents virus respiratoires, parmi lesquels nous pouvons citer le virus influenza, para-influenza, le rhinovirus et notamment le virus respiratoire syncytial plus communément appelé le virus VRS aussi responsable du rhume.

Quels sont les symptômes de la bronchite ?

La bronchite aiguë est donc une inflammation des bronches qui se manifeste dans un premier temps par une toux sèche dite « non productive » qui s’accompagne de douleurs thoraciques type « brûlures ». Cette toux évolue généralement vers une toux grasse accompagnée de glaires d’aspects verdâtres-jaunâtres. Il est important de signaler que ces expectorations ne sont pas le signe d’une surinfection mais au contraire suivent le bon sens de l’évolution de la bronchite.
La durée de la toux peut aller de quelques jours à quelques semaines. La bronchite est souvent précédée d’un rhume ou d’une rhinopharyngite avec possibilité de fièvre, maux de tête ou encore maux de gorge.

Comment soigner une bronchite aiguë ?

D’origine virale, le traitement d’une bronchite est simplement symptomatique et ne nécessite pas l’utilisation d’antibiotiques. Elle se guérit spontanément.
Pour lutter contre la douleur et la fièvre, les antalgiques et anti-pyrétiques seront préconisés.
L’hydratation est importante car elle permettra de fluidifier les sécrétions, l’utilisation des fumigations comme l'Essence algérienne et/ou cataplasmes semble pertinente pour encourager l’élimination de ces sécrétions.
En ce qui concerne la toux, un anti-tussif dans le cas de toux sèche est de mise alors qu’un sirop expectorant lors de la toux grasse pourra être utilisé.

Quand aller consulter ?

Plusieurs cas imposent une consultation au plus vite chez le médecin et notamment : la présence d’une fièvre depuis plus de 3 jours, d’une toux persistante depuis plus de 3 semaines, d’une gêne respiratoire, de glaires accompagnées de sang.
Les personnes à risques (personnes âgées, diabétiques, personnes immunodéprimés, nourrissons) doivent aller consulter leur médecin si ces symptômes apparaissent.

Les complications de la bronchite

La principale complication des bronchites demeure la pneumonie qui se caractérise par une surinfection bactérienne des bronches. Elle se manifeste par une forte fièvre, une difficulté à la respiration, perte d’appétit, toux, douleurs thoraciques… En cas de surinfections, c’est ici que le recours aux antibiotiques sera pertinent.
Parmi les autres complications, nous pouvons citer l’évolution de la bronchite aiguë en bronchite chronique (épisodes de toux productives au moins 3 fois par an et sur 2 années consécutives).
Enfin, la BPCO ou bronchopneumopathie chronique obstructive est une bronchite chronique aggravée caractérisée par une obstruction progressive des voies aériennes distales.

Les moyens de prévention

- Se laver les mains régulièrement notamment avant de manger
- Mettre sa main devant sa bouche lors d’éternuements.
- Humidifier l’atmosphère de la maison à l’aide par exemple d’humidificateurs car le chauffage assèche les muqueuses et les rendent ainsi plus sensibles aux infections.
- Mouchez-vous le plus souvent possible
Myriam Gorzkowski

Myriam Gorzkowski

Docteur en pharmacie

Mis Ă  jour le 12/07/2019