Acouphènes : causes, symptômes et traitements

Acouphènes : causes, symptômes et traitements
En France, plus de 8 millions de personnes sont confrontés aux acouphènes. Ces bruits, qui ne sont perçus que par les personnes concernées, surviennent de manière brutale ou progressive, et peuvent être constants ou transitoires. Si les acouphènes épisodiques ne sont pas considérés comme anormaux, il peut être nécessaire de consulter un spécialiste lorsqu’ils se répètent et impactent la qualité de vie. En effet, plusieurs options peuvent permettre aux patients de mieux vivre avec les acouphènes. Pharma GDD vous propose de découvrir les causes et les symptômes des acouphènes, ainsi que les différents traitements qui peuvent être proposés aux personnes qui en souffrent.

Qu’est-ce qu’un acouphène ?

Les acouphènes sont des sons qu’une personne perçoit dans une ou les deux oreilles, voire dans le sommet du crâne, sans qu’un élément extérieur en soit à l’origine. Ils sont décrits différemment selon les individus : bourdonnement, sifflement, grincement, sonnerie, chuintement, vrombissement, gazouillis, cliquetis… Les acouphènes peuvent apparaître brutalement ou plus progressivement, et se manifester par intermittence ou de façon permanente. Leur intensité peut être particulièrement marquée dans certaines situations, notamment en cas de stress, de fatigue ou lorsque la tête change de position. On distingue deux types d’acouphènes :
  • les acouphènes « subjectifs » représentent 95 % des cas et sont généralement provoqués par des chocs acoustiques, une pathologie ou un dysfonctionnement du système auditif ;
  • les acouphènes « objectifs », plus rares, représentent 5 % des cas et peuvent être liés à une maladie cardiovasculaire, une hypertension artérielle ou une anomalie d’une artère du cou ou de la tête. Ils reflètent souvent le bruit du sang qui circule dans un vaisseau du cou ou de la tête (sensation pulsatile).

Quelles sont les causes des acouphènes ?

Trois grandes causes ont été identifiées pour expliquer l’apparition des acouphènes. Elles ne peuvent pas toutes être évitées, mais il est malgré tout important de les connaître pour réagir en conséquence.

Le vieillissement

La première cause des acouphènes est la presbyacousie, c’est-à-dire la baisse physiologique de l’audition liée au vieillissement des oreilles. Dans ce cas, les acouphènes s’installent progressivement, à partir de 50 ans, avec un pic autour de 65 ans. Face à cette déficience auditive, le cerveau tente de s’adapter et de compenser en se réorganisant. Ce mécanisme génère des activités anormales le long de la voie auditive, interprétées à tort comme des sons par le système nerveux central.

Les traumatismes acoustiques

Ensuite, les acouphènes peuvent être favorisés par les traumatismes acoustiques répétés. Les personnes qui écoutent de la musique à un volume très élevé ou qui sont exposées régulièrement au bruit de par leur activité professionnelle sont particulièrement à risque. En effet, le bruit excessif endommage les minuscules cellules ciliées de l’oreille interne (CCI) qui assurent habituellement la transduction sensorielle (étape de codage des informations extérieures). Cela occasionne des acouphènes et, à plus ou moins long terme, une surdité.

Les pathologies du système auditif

Finalement, les acouphènes sont parfois liés à une problématique ou maladie affectant l’oreille. Ainsi, ils peuvent être la conséquence d’un bouchon de cérumen ou d’un corps étranger présent dans le système auditif. Une otite moyenne, une otospongiose (dégénérescence des osselets de l’oreille moyenne) ou une atteinte du nerf auditif ou de l’oreille interne sont également des causes possibles des acouphènes. La maladie de Ménière peut aussi être responsable. Outre des acouphènes, ce problème de santé entraîne des crises de vertiges, des nausées, des vomissements et une perte d’acuité auditive. Avec le temps, la maladie de Ménière implique des lésions chroniques, des troubles permanents de l’équilibre et une surdité progressive.

L’impact des acouphènes sur le quotidien

Les conséquences des acouphènes sur la vie de tous les jours sont variables d’une personne à l’autre. Lorsqu’ils sont occasionnels et temporaires, ils sont à l’origine d’une simple gêne. En revanche, les acouphènes permanents vont dégrader la qualité de vie. Ainsi, ils peuvent entraîner des problèmes d’endormissements, des insomnies, des difficultés de concentration, de l’irritabilité, de l’anxiété, voire une dépression. Les acouphènes altèrent également les relations sociales et professionnelles.

Le processus d’habituation est plus ou moins rapide, de l’ordre de quelques mois. Toutefois, il est préférable de consulter un médecin si les acouphènes deviennent difficiles à supporter, s’ils se prolongent ou s’accompagnent d’autres symptômes comme des vertiges, des troubles de l’équilibre, une perte d’acuité auditive, une hypersensibilité aux bruits, des douleurs, de la fièvre ou des frissons. Il faudra également consulter si les acouphènes sont pulsatiles ou s’ils surviennent à la suite d’un traumatisme à la tête.

Si vous êtes sujet aux acouphènes, il est possible de les atténuer grâce à quelques mesures simples. Tout d’abord, nous vous recommandons d’être attentif à votre environnement sonore. Évitez le silence total en écoutant un bruit de fond à faible intensité et fuyez les sons forts (tronçonneuse, perceuse, marteau-piqueur, coup de fusil, moto, concerts, etc.). Si vous ne pouvez pas y échapper, faites en sorte de porter des protections auditives comme des bouchons d’oreille ou un casque anti-bruit. L’ensemble de ces réflexes contribue à réduire la fréquence et l’intensité des acouphènes, tout en facilitant le processus d’habituation.

Notre sélection :

En parallèle, adoptez un mode de vie sain en limitant notamment l’alcool, qui dilate les vaisseaux sanguins et augmente le flux sanguin dans l’oreille interne, favorisant ainsi les acouphènes. Si vous êtes fumeur, optez pour les substituts nicotiniques ou tournez-vous vers un tabacologue ou un addictologue afin d’arrêter de fumer. Évitez autant que possible les substances excitantes comme le café, le thé et les sodas. Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi prendre des compléments alimentaires pour les oreilles. Des plantes comme le ginkgo biloba, le bacopa et le sorbier sont traditionnellement employées pour favoriser une bonne circulation sanguine, ce qui peut apporter une amélioration en cas d’acouphènes.

Notre sélection :

La nuit, dormez en ayant la tête surélevée pour améliorer la circulation sanguine. Pratiquez une activité physique régulièrement et expérimentez les techniques de relaxation afin d’apprendre à gérer le stress, qui a tendance à accentuer les acouphènes. Le yoga, la sophrologie, la méditation ou encore l’hypnose sont les options les plus réputées. Enfin, n’oubliez pas de préciser à votre médecin et votre pharmacien que vous avez des acouphènes, surtout si vous devez prendre un traitement médicamenteux. En effet, certains médicaments peuvent être néfastes pour les oreilles.

Quel traitement pour soigner les acouphènes ?

Lorsque les différentes mesures présentées ci-dessus ne permettent pas de réduire les acouphènes, nous vous conseillons de consulter votre médecin traitant, qui vous orientera vers un oto-rhino-laryngologue (ORL) pour évaluer le retentissement des acouphènes sur le quotidien, rechercher les causes possibles et les éventuels symptômes associés. L’ORL réalise un examen complet incluant une audiométrie et une acouphénométrie. En complément, il peut prescrire un scanner, une IRM ou un échodoppler des vaisseaux sanguins du cou.

Si une cause précise explique les acouphènes, comme une otite, un bouchon de cérumen ou une anomalie artérielle, elle est confirmée, puis traitée. Cela permet généralement d’atténuer les acouphènes, voire de les faire disparaître complètement. En cas de perte auditive, le patient est invité à consulter un audioprothésiste afin de bénéficier d’une aide auditive.

En dehors de ces situations, il n’existe pas encore de traitement contre les acouphènes. Malgré tout, plusieurs solutions peuvent être envisagées lorsque la vie de tous les jours est particulièrement impactée et si la personne touchée éprouve du stress ou de l’anxiété du fait des acouphènes. Dans un premier temps, un psychiatre ou un psychologue pourra contribuer à la mise en place d’une thérapie comportementale et cognitive afin d’aider le sujet à mieux vivre les acouphènes au quotidien. Ensuite, un générateur de bruits pourra être posé au niveau de l’oreille. Cet appareil, semblable à une prothèse, émet un bruit de fond doux qui masque les acouphènes, réduit la gêne qu’ils occasionnent et favorise l’habituation. Le générateur de bruits est porté pendant une longue durée, le plus souvent 18 mois, et agit plusieurs heures dans la journée. En dernière intention, et uniquement sur avis d’un spécialiste, des anxiolytiques ou des antidépresseurs pourront être prescrits.

Quelques pistes de traitements des acouphènes font l’objet de recherches. Parmi elles, nous pouvons citer les thérapies sonores, qui visent à réorganiser le cortex auditif pour réduire les acouphènes. Par ailleurs, un protocole clinique lancé en Belgique s’intéresse aux effets de stimulations du nerf pneumogastrique (nerf vague) associées à des stimuli sonores. Pour finir, des chercheurs se penchent sur l’injection d’une molécule nommée AM-101 dans l’oreille, à travers le tympan. L’essai clinique, toujours en cours, est mené dans plusieurs pays, dont la France, avec l’implication de sept centres.

En conclusion

Les acouphènes, souvent décrits comme des bourdonnements dans les oreilles, concernent des millions de personnes en France. Ils peuvent être liés à l’âge, et à la baisse d’audition induite par le vieillissement, mais aussi à des traumatismes acoustiques répétés. Ainsi, l’écoute de musique à plein volume et l’exposition régulière à des bruits forts (métiers du bâtiment par exemple) sont des situations propices aux acouphènes. Des pathologies de l’oreille peuvent également être en cause, comme une otite, un bouchon de cérumen, une atteinte du nerf auditif ou une otospongiose. Dans tous les cas, les acouphènes deviennent parfois une source de gêne et bouleversent le quotidien en provoquant des troubles du sommeil, des difficultés à se concentrer, du stress et, chez certaines personnes, une dépression. Pour éviter les acouphènes et les atténuer, il faut préserver ses oreilles en portant des protections auditives lorsque l’on est exposé au bruit. Un ORL recherchera les causes de cette problématique et proposera une prise en charge adaptée, bien qu’il n’y ait pas de traitement spécifique permettant de soigner les acouphènes.