Syndrome du canal carpien

  • Par Myriam Gorzkowski, mis à jour le 24/01/2022 à 09h01, publié le 10/01/2022 à 10h01
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Syndrome du canal carpien
Picotements, fourmillements, manque de force dans la main, le syndrome du canal carpien est une maladie pouvant être handicapante au quotidien. Pharma GDD fait la lumière sur cette pathologie en vous décrivant les symptômes, en vous expliquant les causes et les traitements pour la soigner. Nous verrons également quelles sont les solutions pour prévenir ce trouble et adopter de nouveaux gestes pour préserver vos mains et vos poignets au travail comme à la maison ! 

Qu'est-ce que le syndrome du canal carpien ?

Le syndrome du canal carpien qui fait partie des troubles musculo squelettiques, se manifeste par la présence de symptômes concernant les 3 premiers doigts de la main, provoquant des douleurs, des troubles de la sensibilité et la diminution de la force de préhension. Le syndrome du canal carpien est le résultat d'une compression du nerf médian au niveau du poignet. Cela est dû à la répétition de certains mouvements ou postures de la main, mais aussi par certaines pathologies. Le canal carpien est situé au niveau de la face antérieure du poignet. Il englobe les tendons des muscles fléchisseurs des doigts et le nerf médian. Le nerf médian est un nerf sensitif et moteur qui permet de commander la sensibilité d'une partie de la main et du bras. Le nerf médian permet de bouger la main et le poignet. Il descend dans l'avant-bras, passe dans le canal carpien au niveau du poignet et se divise ensuite en 4 pour rejoindre le pouce, l'index, le majeur et une partie de l'annulaire.

 

Quels sont les symptômes du syndrome du canal carpien ?

Le syndrome du canal carpien se manifeste par des fourmillements, des troubles de la sensibilité et la diminution de la force. Ces sensations et engourdissements sont ressentis au niveau du pouce, de l'index et du majeur. Un engourdissement progressif apparaît et une sensation de décharge électrique dans l'extrémité des trois ou quatre premiers doigts, continuant au niveau du poignet et allant vers l'avant-bras. Le syndrome du canal carpien apparaît lorsque le nerf médian est comprimé, car l'influx nerveux passe difficilement. Ces fourmillements, des picotements, ces engourdissements et des décharges surviennent notamment la nuit, lorsqu'aucun mouvement n'est effectué. Ils disparaissent en secouant la main ou en laissant prendre le bras en dehors du lit. Ces symptômes peuvent aussi apparaître suite à certains mouvements répétés ou du maintien prolongé de certaines positions. Sans l'apport d'un traitement, la compression du nerf médian provoque des douleurs à l'intérieur de la main, suivi d'une perte de sensibilité. En cas de stade plus avancé, la perte de sensibilité est accompagnée d'une diminution de la force de préhension du pouce, provoquant l'impossibilité de retenir par exemple un plat qui va irrémédiablement tomber à terre. Le nerf médian risque d'être endommagé causant des troubles tactiles appelés hypoesthésies et des troubles de la motricité avec une diminution de la force musculaire du pouce. Lorsque le nerf médian est gravement atteint, la récupération même après un traitement peut être difficile et souvent incomplète. L'atteinte des deux mains peut arriver, mais forcément en même temps.

Quels sont les causes du syndrome du canal carpien ?

Le syndrome du canal carpien est davantage présent chez les femmes et plus particulièrement entre 40 et 50 ans et entre 60 et 70 ans. Le phénomène peut apparaître sans qu'il n'y ait de cause identifiée, ce que l'on nomme syndrome du canal carpien idiopathique. Certaines personnes sont dotées d’anomalies constitutionnelles et possèdent un canal carpien naturellement étroit, engendrant des anomalies du circuit d'artères ou de tendons. Pour d'autres une déformation ou un rétrécissement peuvent être provoqués par un accident ou un traumatisme. Les facteurs hormonaux ou métaboliques peuvent induire le syndrome du canal carpien comme la grossesse, la ménopause, l'hypothyroïdie ou encore le diabète. La grossesse favorise l'apparition de ce syndrome. Simplement ponctuel, il disparaît après l'accouchement, mais peut réapparaître lors d'une autre grossesse. Certaines pathologies ostéoarticulaires comme la polyarthrite rhumatoïde ou encore la goutte, deux maladies chroniques articulaires inflammatoires, facilitent l'apparition du syndrome du canal carpien. Le syndrome du canal carpien est l'une des maladies professionnelles les plus fréquentes. Il est le résultat de mouvements répétitifs ou de certaines postures comme les travaux manuels répétitifs, rapides, sollicitant les membres supérieurs comme le conditionnement, l'emballage, le nettoyage, la restauration, l’hôtellerie, les mouvements demandant une force importante de la main et l'utilisation répétée ou en force de la pince pouce-index comme les massages de type palper-rouler effectués dans les instituts de beauté. La conduite automobile nécessitant une force statique prolongée, les travaux avec vibrations comme les travaux publics, l'utilisation du marteau-piqueur ou tout travail effectué dans un environnement froid sont propices à développer un syndrome du canal carpien. Certaines activités extra-professionnelles comme le bricolage, le jardinage, le ménage, le tricot et l'activité sportive peuvent causer ce syndrome. 

Comment diagnostiquer un syndrome du canal carpien ?

Lorsque les symptômes précédemment cités sont ressentis, il convient de consulter un médecin afin d'effectuer un examen clinique pour étudier la sensibilité et les mouvements des doigts et de la main que la personne est capable de faire. Le professionnel de santé va effectuer des tests spécifiques dits de "provocations" reproduisant exactement les sensations du syndrome et évaluant la sévérité du mal. Il peut aussi pratiquer un électroneuromyogramme (ENMG) afin de mesurer la transmission de l'influx nerveux grâce à des électrodes placées sur le trajet du nerf médian. Ce test est réalisé sur les deux mains pour comparer les résultats. Une radiographie et une échographie vont pouvoir aider à identifier la cause de ce syndrome. La radiographie du poignet et de la main aide à diagnostiquer un potentiel rétrécissement du canal carpien d'origine osseuse en cas d'arthrose ou de séquelle de fracture du poignet.
L'échographie, quant à elle, est un outil pour étudier le contenu du canal carpien aidant à déterminer la présence de kyste articulaire ou de tendinite.

Les solutions face au syndrome du canal carpien 

Il existe plusieurs traitements pour soigner le syndrome du canal carpien. 

Le traitement médical du syndrome du canal carpien

Le traitement médical consiste à porter une attelle d'immobilisation du poignet amovible la nuit durant 3 mois. L’orthèse de poignet permet de maintenir le poignet en position neutre afin de soulager les symptômes nocturnes. Une infiltration de corticoïdes dans le canal carpien peut être réalisée pour soulager temporairement les symptômes. Des antalgiques comme le paracétamol ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l'ibuprofène peuvent être pris sur une courte période et sur recommandations de votre médecin. 
 

Convalescence post infiltration ou suite au port d'attelle

Après une infiltration avec ou sans port d'une attelle, il est possible de reprendre ses activités et ses habitudes lorsque les mouvements n'occasionnent plus de douleur ni de gêne. Concernant l'activité professionnelle, le médecin ou le rhumatologue peut évaluer la durée de l'arrêt de travail selon la main atteinte, si celle-ci est la main dominante, que l'on soit droitier ou gaucher. Cet arrêt varie en fonction du degré de sévérité du syndrome du canal carpien, l'utilisation récurrente de la main dans la profession occupée, s'il y a présence de mouvements répétés, de torsion du poignet, de la pince du pouce index fréquemment sollicitée, d'un appareil vibrant comme un marteau-piqueur, perceuse ou tout travail de force. Il sera demandé à l'employeur d'adapter ou de modifier le poste de travail dans l'entreprise si la main atteinte est la main déterminée en cas de travail physique.

Le traitement chirurgical du syndrome du canal carpien

Le traitement chirurgical du syndrome du canal carpien est effectué lorsque le traitement médical n'a pas été concluant. Cet acte consiste à sectionner le ligament annulaire du carpe afin de réduire la compression du nerf médian. Deux modes opératoires du canal carpien sont effectués en chirurgie ambulatoire sous anesthésie locorégionale. Cela consiste à anesthésier uniquement le bras à opérer. La technique nommée à ciel ouvert est une intervention qui consiste à libérer le canal carpien par incision au niveau de la paume de la main sur une longueur d'environ 3 cm afin de décomprimer le nerf médian. La seconde technique se fait par voie endoscopique en pratiquant une incision d'un centimètre au niveau du pli de flexion du poignet rendant la cicatrice plus discrète qu'avec l'autre méthode. 

Convalescence post-opératoire

Après l'opération, la zone est douloureuse et demande une cicatrisation. Cependant, cela n'empêche pas de reprendre des activités quotidiennes. Il faut garder les mouvements quotidiens sans charge ou force, comme se coiffer ou se servir de couverts pour manger dans le but de limiter les raideurs et les œdèmes. La chirurgie par voie endoscopique conduit à une reprise rapide de l'activité professionnelle, équivalent à 1 semaine d'arrêt si le métier ne nécessite que peu l'usage de la main concernée. En revanche, si la main est fortement sollicitée, la durée de l'arrêt peut atteindre 28 jours. Pour la chirurgie à ciel ouvert, l'arrêt peut varier de 2 semaines pour un poste sédentaire jusqu'à 45 jours si l'emploi demande l'usage récurrent da la main. Si la convalescence ne suffit pas, le médecin traitant pourra prescrire une reprise progressive en demandant un temps partiel thérapeutique. 

Prévenir le syndrome du canal carpien

Le syndrome du canal carpien peut être évité ou limité en corrigeant certains gestes durant les diverses activités qu'elles soient professionnelles ou extra-professionnelles. Il est possible d'adopter de nouveaux gestes comme positionner ses mains dans le prolongement des avant-bras ou en légère extension. Il est important de limiter la répétitivité des mouvements des poignets. Des gants peuvent diminuer les conséquences de vibrations lorsqu'on utilise un appareil qui en créent. Dans le milieu professionnel, le syndrome du canal carpien doit faire l'objet de mise en place de poste de travail adapté pour réduire les risques.

À retenir

Le syndrome du canal carpien est une maladie musculosquelettique qui est considérée comme une maladie professionnelle ou extraprofessionnelle. Il faut savoir que des solutions peuvent aider à le diminuer, voire à l’éviter. Pour celles et ceux qui en souffrent, des traitements médicaux par infiltration ou le port d’une attelle peuvent aider à le soulager. Dans les cas plus sévères, la chirurgie sera la solution la plus efficace.
contact_support expand_less