Reconnaître et soigner la gale

Reconnaître et soigner la gale
Provoquée par un parasite de la famille des acariens, la gale est une affection dermatologique très contagieuse. Chaque année, elle touche environ 300 millions de personnes à travers le monde et s’observe à tous les âges, dans toutes les populations et tous les milieux socio-économiques. Le sarcopte de la gale provoque de fortes démangeaisons et différents types de lésions sur la peau. Pour éradiquer le parasite et soigner la gale, il est essentiel de traiter la personne contaminée, son entourage proche et son environnement. Pharma GDD vous explique tout ce qu’il faut savoir sur cette maladie, de son origine à son traitement.

Qu’est-ce que la gale ?

La gale est une parasitose externe de la peau due à la contamination par le Sarcoptes scabiei hominis. Cet acarien, invisible à l’œil nu, creuse des galeries dans la partie la plus superficielle de l’épiderme. Seule la femelle est pathogène et responsable des lésions de la gale. Elle utilise les galeries pour déposer ses œufs, qui éclosent 3 à 5 jours après. Les larves deviennent ensuite adultes en 2 à 3 semaines. Le sarcopte de la gale se déplace de plusieurs centimètres par heure, mais perd sa mobilité et meurt en 12 à 24 heures lorsque les températures sont inférieures à 20 °C. Dans la plupart des cas, il faut compter 3 semaines entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes de la gale. La maladie peut prendre plusieurs formes. On distingue ainsi la gale commune typique, la gale du nourrisson, la gale croûteuse ou hyperkératosique. La gale eczématisée et la gale surinfectée constituent des complications.

Comment reconnaître la gale ?

Les symptômes de la gale peuvent varier en fonction de la forme de la maladie. Ils se manifestent essentiellement par des lésions cutanées et doivent amener à consulter un médecin pour établir un diagnostic.

Les symptômes de la gale commune typique

Une dizaine de sarcoptes peuvent être présents sous la peau en cas de gale commune typique. Ils provoquent des démangeaisons chroniques, quasi permanentes et particulièrement intenses durant la nuit. Ce prurit favorise les lésions de grattage, qui peuvent être semblables à des stries linéaires, des griffures, des petites croûtes, des plaques de rougeurs et de sécheresse. On constate aussi des lésions spécifiques de la gale :
  • les sillons : lésions de quelques millimètres en forme de lignes sinueuses illustrant le trajet du sarcopte de la gale sous la peau ;
  • les vésicules perlées : petites élévations ou minuscules cloques de la taille d’une tête d’épingle, situées à l’extrémité du sillon ;
  • les nodules scabieux : lésions nodulaires rouges ou violacées d’origine immuno-allergique, en relief, mesurant quelques millimètres (voire plusieurs centimètres) et fréquemment observées au niveau des organes génitaux masculins.
Ces lésions peuvent être observées à l’aide d’un dermatoscope, une grosse loupe éclairée permettant de grossir jusqu’à 10 fois la surface de la peau. Le sarcopte de la gale est mis en évidence par la présence d’un petit triangle noir ou brun foncé en forme de deltaplane qui correspond à la tête du parasite. Pour les détecter, le médecin peut aussi appliquer de l'encre de Chine sur la lésion suspecte. S'il s'agit d'un sillon, l'encre va y pénétrer et confirmer le diagnostic de gale.

Les zones les plus touchées par la gale sont les espaces entre les doigts, la face antérieure des poignets et des bras, les coudes, les aisselles, les fesses, le nombril, la face interne des cuisses, les organes génitaux chez l’homme et les seins (mamelon et aréole) chez la femme. La transmission de la gale se fait de manière directe, lors des contacts peau à peau étroits, prolongés et répétés, notamment dans le couple et la famille. La transmission indirecte, par le biais des vêtements ou de la literie, est possible, mais plus rare dans le cas de la gale commune typique.

Gale hyperkératosique

Des centaines voire des milliers de sarcoptes sont impliqués dans l’apparition de la gale hyperkératosique (ou croûteuse). Celle-ci survient surtout chez les personnes immunodéprimées et chez les sujets âgés qui vivent en collectivité. Tout le corps est atteint, y compris le visage, le cuir chevelu et les ongles. La gale hyperkératosique se traduit par une rougeur diffuse de la peau, un épaississement de la couche cornée, des squames et des croûtes. En revanche, le prurit est modéré ou absent, contrairement à ce que l’on observe en cas de gale commune. Extrêmement contagieuse, la gale hyperkératosique implique l’isolement de la personne contaminée, un traitement de la gale à la fois local et oral, ainsi qu’un traitement de l’hyperkératose.

Gale du nourrisson

Chez le nourrisson et le jeune enfant, la gale provoque des nodules scabieux autour des aisselles et des vésicules perlées et des pustules au niveau des paumes des mains et de la plante des pieds. Elle peut aussi atteindre le visage.

Gales compliquées

Dans certains cas, la gale peut se compliquer. Un eczéma secondaire peut apparaître, en particulier chez les personnes qui ont la peau sèche. Plus rarement, cet eczéma est consécutif à une intolérance au traitement de la gale. Lorsque les lésions sont surinfectées par un staphylocoque, on parle d’impétiginisation des lésions.

Traitement de la gale

Le diagnostic de la gale doit être effectué par un médecin. Au cours de l’examen clinique, il observe la peau avec un dermatoscope pour rechercher des lésions spécifiques de la maladie. Il analyse les symptômes présentés par le patient ainsi que le contexte de la contamination afin de prescrire un traitement adapté à chaque situation.

Quelques règles à respecter

Il est essentiel de suivre scrupuleusement le traitement de la gale pour éradiquer complètement le parasite. En effet, s’il est incomplet ou mal réalisé, cela sera propice aux récidives et à la propagation de la maladie. Le traitement concerne la personne atteinte, mais aussi son entourage et son environnement de vie. Les sujets contacts sont définis et classés en 3 cercles, selon le degré de proximité avec le patient contaminé par le sarcopte de la gale :
  • 1er cercle : contact direct prolongé (famille, partenaire(s) sexuel(s), soins infirmiers et de toilette…) ;
  • 2e cercle : personnes vivant ou travaillant dans la même structure (Ehpad par exemple) ;
  • 3e cercle : personnes visitant occasionnellement la structure et entourage familial des personnes la fréquentant régulièrement.
Enfin, notez bien que le traitement de la gale n’agit pas sur les œufs. Il faut donc effectuer 2 traitements complets espacés de 1 semaine pour assurer la guérison.

Les médicaments pour soigner la gale

Deux options se présentent pour traiter la gale : le traitement local, avec une crème ou une lotion, et le traitement oral, sous forme de comprimés. Le médecin détermine le plus adapté ou s’il est préférable de les associer.

Le benzoate de benzyle et la perméthrine sont les deux molécules employées pour le traitement local de la gale. Elles peuvent être utilisées pour soigner les bébés et les enfants en adaptant la posologie et le temps de contact avec la peau. Plusieurs protocoles existent, le plus courant étant d’appliquer le produit sur peau sèche, après un bain ou une douche. Déposez le traitement en couche fine sur toute la peau du corps, y compris sur les organes génitaux, les plis cutanés, les paumes des mains et les plantes des pieds. Laissez agir le temps indiqué : 8 à 12 heures pour la perméthrine, 24 heures pour le benzoate de benzyle. Lorsque le temps de pose est écoulé, reprenez une douche ou un bain pour éliminer le produit. Des démangeaisons peuvent persister jusqu’à 4 semaines après le traitement. Si c’est le cas, vous pouvez utiliser une crème hydratante, émolliente et anti-inflammatoire en relais du traitement local de la gale afin de contrôler le prurit.

Notre sélection :

Le traitement de la gale par voie orale se fait avec de l’ivermectine, à raison de 200 µg par kilo (à partir de 15 kg). Le médicament, disponible uniquement sur ordonnance, doit être pris de préférence le matin, à distance des repas.

Le traitement de l’environnement en cas de gale

Le lendemain du traitement des personnes, il faut procéder au traitement de l’environnement, ce qui inclut les vêtements, le linge de toilette et de lit, ainsi que le lieu d’habitation. Tous les vêtements et tout le linge utilisés au cours de la semaine écoulée doivent être lavés à 60 °C, en ajoutant éventuellement un produit anti-acariens comme l'additif lessive Cinq sur Cinq. Les couvertures, manteaux, bonnets, écharpes, gants et autres lainages, qui ne supportent pas le nettoyage à haute température, peuvent être décontaminés en étant enfermés pendant 4 heures dans des sacs plastiques dans lesquels vous pulvérisez un acaricide. Vous pouvez aussi placer ces sacs au congélateur pendant 1 nuit, sans acaricide, afin de tuer le sarcopte de la gale.

Procédez ensuite à un nettoyage simple de votre habitat en passant l’aspirateur puis en lavant les sols. Les surfaces absorbantes comme les canapés, les fauteuils en tissu ou encore les matelas sont rarement des vecteurs de contamination, sauf en cas de gale hyperkératosique. Il faudra alors les traiter avec un acaricide. Les surfaces froides et inertes (plastiques, vaisselle, couverts, stylos, etc.) ne permettent pas au sarcopte de survivre, il n’est donc pas nécessaire de les traiter.

Notre sélection :

Pour aller plus loin, découvrez tous nos conseils pour traiter votre intérieur contre les parasites dans notre fiche dédiée.

Ce qu’il faut retenir

Très contagieuse, la gale est une maladie de la peau provoquée par le sarcopte, un acarien invisible à l’œil nu qui creuse des galeries sous la peau pour y déposer ses œufs. La gale se manifeste par des symptômes cutanés, en particulier des démangeaisons intenses, presque permanentes, sur des zones précises du corps. Les lésions spécifiques de la gale peuvent être observées au dermatoscope pour confirmer le diagnostic. Le traitement est ensuite prescrit à la personne touchée et à son entourage afin d’éradiquer le parasite et éviter toute récidive. Les vêtements, le linge de maison et l’habitat doivent également être traités avec un acaricide. Seul un traitement complet et bien suivi assure la destruction du sarcopte de la gale et, par conséquent, la guérison de la maladie.

Sur le même sujet, n'hésitez pas à consulter notre vidéo sur les symptômes et les traitements de la gale.