Reconnaître et soigner l'état grippal

Reconnaître et soigner l'état grippal
Souvent confondu avec la grippe, l’état grippal sévit tout au long de l’année, avec une hausse significative du nombre de cas lors de la période de transition entre l’automne et l’hiver. Très similaires à ceux de la grippe, les symptômes de l’état grippal sont d’une intensité plus réduite et durent moins longtemps. En raison du risque élevé de contagion, il est important de connaître les bons réflexes à adopter et les différents traitements à mettre en place. Lorsqu’il est pris en charge dès l’apparition des premiers symptômes, l’état grippal disparaît rapidement. Les pharmaciens de Pharma GDD vous aident à en reconnaître les signes et font le point sur les manières de l’éviter et de le soigner.

Causes et symptômes de l’état grippal

La confusion entre la grippe et l’état grippal est très courante car, bien qu’ils ne soient pas provoqués par les mêmes virus, leurs symptômes sont très similaires. Egalement appelé « syndrome pseudo-grippal », l’état grippal peut se manifester tout au long de l’année. Il connaît un pic en automne-hiver, période où il cohabite avec la grippe. Cela explique les difficultés que rencontrent de nombreuses personnes à faire la différence entre les deux.

Les virus responsables de l’état grippal

Dans le cas de la grippe, le virus à l’origine de la maladie appartient à la famille des virus influenzæ. En revanche, pour l’état grippal, ce sont des virus respiratoires différents qui sont responsables. Les plus courants sont les virus para-influenza, l’adénovirus, le rhinovirus, le coronavirus et le virus respiratoire syncytial (VRS).

Comment reconnaître l’état grippal ?

Contrairement aux symptômes de la grippe qui surviennent de manière brutale, les symptômes de l’état grippal s’installent progressivement et sont d’une intensité moins importante. Ils sont également variables d’un individu à un autre car chaque organisme réagit différemment. Plusieurs signes cliniques permettent de reconnaître l’état grippal :
  • affaiblissement et fatigue générale ;
  • courbatures et/ou douleurs musculaires inhabituelles ;
  • maux de tête ;
  • fièvre modérée (autour de 38 ° C) et frissons ;
  • écoulement nasal ;
  • nez bouché.

Ces symptômes peuvent durer plusieurs jours sans forcément empêcher la personne touchée de poursuivre ses diverses activités. La guérison intervient en moyenne dans les quatre à sept jours qui suivent l’apparition des premiers signes de l’état grippal.

Les voies de transmission

Les virus respiratoires se diffusent très facilement dans l’atmosphère, rendant ainsi l’état grippal très contagieux. Lorsque la personne atteinte tousse ou éternue sans se couvrir la bouche et le nez, elle émet des gouttelettes dans l’air ambiant mais aussi sur les objets qui l’entourent, ce qui favorise la circulation du virus. Le risque de transmission est également accru si l’hygiène des mains n’est pas minutieuse. Que l’on soit malade ou non, il est nécessaire de se laver les mains au savon plusieurs fois par jour pour éviter la contamination. Enfin, l’air confiné des espaces de vie en communauté est un autre facteur favorisant la transmission du virus. C’est pourquoi il faut redoubler d’attention si vous ou vos enfants êtes amenés à côtoyer des personnes touchées par le syndrome pseudo-grippal ou si vous en êtes porteurs. Pensez à aérer votre intérieur au moins dix minutes par jour pour renouveler l’air.

Comment prévenir l’état grippal ?

Même s’il n’est pas toujours facile d’y échapper, l’état grippal peut être évité grâce à quelques mesures de prévention mises en place dès le changement de saison. Le renforcement du système immunitaire, le maintien d’une activité physique et le suivi des règles d’hygiène de base sont les différentes méthodes qui permettent de prévenir l’état grippal.

Renforcer son système immunitaire

Le système immunitaire est le principal moyen de défense que possède notre organisme pour se protéger des microbes, des virus et des maladies qu’ils peuvent provoquer. Il faut distinguer tout d’abord le système immunitaire naturel (inné), qui est actif dès la naissance et constitué des macrophages et des globules blancs. Vient ensuite le système immunitaire adaptatif (acquis), qui se développe et se perfectionne tout au long de la vie. Il comporte deux types de lymphocytes : les lymphocytes B, à l’origine de la fabrication des anticorps, et les lymphocytes T, qui détruisent l’agent agresseur responsable de la maladie.

Parfois, il arrive que le système immunitaire soit moins performant, ce qui favorise la survenue de l’état grippal et ralentit la guérison. Il faut donc agir avant le pic de contamination en se basant dans un premier temps sur une alimentation variée et équilibrée. Les fruits et légumes frais permettent de faire le plein d’antioxydants, de vitamines et plus particulièrement de vitamine C, très utile pour éviter l’état grippal et stimuler les défenses naturelles. Si cela ne suffit pas, les compléments alimentaires, les produits de la ruche (propolis, miel, pollen) et les super-aliments comme la spiruline, les baies de goji ou l’acérola peuvent être intégrés pour réduire la fatigue et renforcer la protection contre les virus. Ils seront également très intéressants si vous devez lutter contre les symptômes de l’état grippal et amélioreront le processus de guérison. Le ginseng est également reconnu par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour tonifier l’organisme et stimuler le système immunitaire.


Notre sélection :

Les probiotiques participent eux aussi au renforcement du système immunitaire et à la protection contre les infections. S’ils sont surtout connus pour rééquilibrer la flore intestinale, certains d’entre eux agissent également de manière locale au niveau de la sphère ORL. C’est le cas de Lactibiane Immuno, un complément alimentaire qui se présente sous forme de comprimés à sucer et qui va tapisser les voies respiratoires d’un film protecteur visant à empêcher la pénétration des virus responsables de l’état grippal.

Les défenses naturelles des muqueuses nasales ne doivent pas être oubliées. La pollution, l’air conditionné, les espaces surchauffés et les températures de plus en plus froides occasionnent une sécheresse et rendent les muqueuses beaucoup plus vulnérables aux agressions liées aux virus. Pour prévenir l’encombrement et l’écoulement nasal très fréquent en cas d’état grippal, l’utilisation de sérum physiologique ou de spray pour le nez est vivement recommandée. Cela permet de maintenir l’hydratation et d’installer une sorte de film protecteur réduisant l’adhérence des agents pathogènes.


Notre sélection :

Rester actif

Bien que les périodes plus fraîches ne soient pas toujours idéales pour pratiquer une activité physique, cela participe largement à la prévention des maux typiques de l’automne-hiver, dont l’état grippal. Même à moyenne ou faible intensité, le fait de bouger et de rester actif permet d’évacuer les toxines et de stimuler les défenses immunitaires. Cela s’avère également très utile lorsque les premiers symptômes du syndrome pseudo-grippal apparaissent. L’activité physique va ainsi aider à soulager les maux de gorge, dégager les sinus encombrés et décongestionner les voies respiratoires. Attention toutefois, cela est valable lorsque les symptômes restent mineurs. En cas de fièvre, de douleurs musculaires, de forte toux ou de difficultés à respirer, c’est le repos qui doit être privilégié.

Avoir une hygiène irréprochable

Indispensable quel que soit le moment de l’année, l’hygiène des mains doit être particulièrement renforcée en période d’état grippal pour limiter la propagation et la transmission des virus d’une personne à une autre. Il est notamment recommandé de se laver les mains à l’eau et au savon avant de préparer les repas et après avoir été en contact avec des objets connus pour être de véritables « réservoirs » à bactéries : barres de métro et de bus, poignées de portes, etc. Si vous n’avez pas accès à un point d’eau, vous pouvez utiliser un gel hydroalcoolique sans rinçage, très pratique à emporter partout avec soi.

Prenez aussi l’habitude de vous couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir jetable ou le pli du coude lorsque vous toussez ou éternuez pour limiter au maximum la propagation de gouttelettes susceptibles de diffuser les virus. Le port d'un masque est également vivement recommandé, en particulier pour préserver les personnes les plus à risque comme les bébés, les femmes enceintes et les personnes âgées. Si vous avez recours à des sprays pour le nez, évitez d’utiliser le même embout pour toute la famille ou nettoyez-le systématiquement après chaque utilisation avec une lingette désinfectante.

Quels traitements pour soigner un état grippal ?

Pour installer des conditions favorables à une guérison rapide, le traitement de l’état grippal doit être mis en place dès la survenue des premiers symptômes. En cas de fièvre et de maux de tête, vous pouvez prendre un médicament à base de paracétamol (Doliprane, Efferalgan, Dafalgan) ou un anti inflammatoire comme l'ibuprofène (Advil, Nurofen) en respectant bien les dosages et les recommandations de votre pharmacien. Certains médicaments associent parfois l’un de ces deux actifs à un antihistaminique ou de la vitamine C, qui contribuent à soulager l’ensemble des symptômes de l’état grippal. Certains laboratoires proposent aussi des formules « jour et nuit », le comprimé « jour » contenant souvent un vasoconstricteur pour stopper l’écoulement nasal et rester actif malgré la maladie. Le comprimé nuit vise quant à lui à libérer le nez bouché, limiter les éternuements et améliorer le sommeil pour une meilleure récupération.

La congestion nasale et les écoulements peuvent aussi être soulagés grâce à des sprays spécifiques (isotoniques ou hypertoniques) et en réalisant des inhalations à base d’huiles essentielles de thym, d’eucalyptus radié, de ravintsara ou de pin sylvestre. Grâce à leurs propriétés expectorantes, décongestionnantes, fluidifiantes et anti-infectieuses, ces huiles essentielles luttent contre les virus responsables de l’état grippal et rétablissent le confort respiratoire. Il faut cependant veiller à les utiliser correctement et à suivre les précautions d’emploi, notamment pour les enfants et les femmes enceintes ou allaitantes.


Notre sélection :

Si vous présentez un état grippal, le repos est un des facteurs de guérison les plus importants. Pour les adultes, sept à huit heures de sommeil par nuit sont recommandées. Si vous le pouvez, n’hésitez pas à faire des siestes durant la journée pour aider votre organisme à lutter contre les virus et à se renforcer. En cas de fièvre, pensez à vous hydrater un peu plus que d’habitude, ne vous couvrez pas trop et surveillez régulièrement votre température.

Dans votre intérieur, essayez de maintenir une température ambiante entre 18 et 20 ° C. Même en plein hiver, n’oubliez pas d’aérer régulièrement les différentes pièces pour renouveler l’air et éviter que les virus ne stagnent dans l’atmosphère.

Y a-t-il des complications et quand faut-il consulter ?

En cas de doutes concernant les symptômes, demandez conseil à votre pharmacien ou consultez directement votre médecin traitant. La consultation est d’autant plus importante si vous présentez des douleurs intenses, non soulagées par les antalgiques, récurrentes et s’étendant au-delà d’une journée. Si vos douleurs s’accompagnent d’une raideur au niveau de la nuque (signe possible de méningite), consultez en urgence. Chez les personnes les plus fragiles, l’état grippal peut entraîner des complications telles qu’une surinfection bactérienne, favorisée par l’altération de l’état général et l’accumulation de la fatigue, une sinusite ou une pneumonie.

Certaines populations doivent être particulièrement surveillées lorsqu’elles présentent les signes d’un syndrome pseudo-grippal. C’est le cas des enfants âgés de moins d’un an, des personnes âgées (plus de 65 ans), des personnes en situation d’obésité et des patients immunodéprimés ou atteints de maladies cardiaques, respiratoires, rénales ou métaboliques (diabète par exemple). Chez les femmes enceintes, il faut avant tout s’assurer qu’il s’agit bien d’un état grippal et non d’une grippe. En effet, la grippe peut avoir des conséquences graves sur le développement du fœtus et le déroulement de la grossesse, surtout si elle survient au cours du premier trimestre : augmentation du risque de fausse couche, de naissance prématurée et de malformations fœtales. C’est pourquoi il est recommandé de se faire vacciner.

L’essentiel à retenir

L’état grippal est un phénomène très fréquent en automne et en hiver. Ses symptômes ressemblent à ceux de la grippe, ce qui explique le fait que les deux pathologies soient souvent confondues. Les personnes concernées ressentent un affaiblissement général, des douleurs musculaires et une fatigue inhabituelle. Elles présentent également une fièvre modérée accompagnée de frissons et de maux de tête, auxquels viennent s’ajouter un encombrement et un écoulement nasal. Pour prévenir l’état grippal, il faut avant tout renforcer son système immunitaire avant le changement de saison en consommant des fruits et légumes frais, des probiotiques, des super-aliments ou des compléments alimentaires. Si cela ne suffit pas, le traitement du syndrome pseudo-grippal s’appuiera alors sur des antalgiques pour soulager les douleurs et la fièvre, l’utilisation de sprays pour le nez et un maximum de repos pour aider l’organisme à lutter contre le virus. En général, l’état grippal se soigne en quatre à sept jours mais doit être surveillé chez les sujets fragiles afin d’éviter toute complication.