Newstead set 4 couverts alourdis


Aide aux repas

48,00 â‚¬
48,00 â‚¬
Élaborés pour les personnes souffrant de tremblement des mains, le set de couverts Newstead est spécialement alourdi pour faciliter la préhension et le maintien. Ils conviennent parfaitement aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson, de troubles neurologiques, d’arthrite ou de toute autre déficience amenant des problèmes de saisie.

Les poignées des couverts sont rembourrées afin que leur utilisateur puisse les tenir fermement mais avec confort, ce qui est possible même quand ils sont humides. Elles sont en plastique solide et bénéficient d’un surmoulage souple et doux, ce qui fait que celles-ci s’adaptent très facilement à toutes les morphologies en se conformant à la forme de la paume de la main.

Ce set de 4 couverts alourdis Newstead est garanti totalement sans latex, et ils sont conçus avec de l’acier inoxydable pour garantir leur résistance. Ils est possible de les nettoyer directement au lave-vaisselle, mais ils peuvent également être nettoyés à la main avec de l’eau savonneuse.

Contenant un couteau, une fourchette, une cuillère à café et une cuillère à soupe avec un poids de 130 grammes par couvert, ce set permettra de préserver un peu plus l’autonomie des patients, et se présente comme une solution de choix en tant qu’aide au maintien à domicile.

 LE CONSEIL DU PHARMACIEN

La maladie de Parkinson est une maladie neurologique et dégénérative car elle se caractérise par la destruction des neurones dopaminergiques d’une zone du cerveau (substance noire), touchant plus de 200 000 personnes en France. Cette maladie évolue progressivement mais différemment selon chaque individu.

La maladie de Parkinson

Les neurones de la substance noire sont impliqués dans le contrôle des mouvements. Lorsqu’il y a 50 à 70% de ces neurones détruits, les symptômes de la maladie de Parkinson apparaissent : hypertonie (raideur musculaire), lenteur des mouvements et tremblement au repos.
Les traitements vont servir à corriger les symptômes mais ne vont pas pouvoir traiter la maladie, ils permettent de ralentir l’évolution de la maladie.

Le traitement antiparkinsonien

Pour pallier à l’absence de dopamine due à la destruction des neurones, les médicaments auront pour but d’augmenter le pool dopaminergique : soit en mimant l’action de la dopamine, soit en bloquant la destruction de la dopamine ou encore que le médicament soit métabolisé en dopamine dans l’organisme.
- La Levodopa : précurseur de la dopamine qui agit sur les troubles moteurs, avec apparition d’effets indésirables notamment la dyskinésie.
- Les agonistes dopaminergiques : ils miment l’action de la dopamine avec une action sur les signes moteurs mais aussi sur d’autres signes non moteurs.
- Les anticholinergiques : ils bloquent l’action de l’acétylcholine dont l’action s’opposait à la dopamine. Ils ont une action sur les tremblements et l’hypertonie et sont utilisés en association avec la Levodopa.
- Les inhibiteurs des enzymes du catabolisme de la dopamine : ils diminuent la dégradation de la dopamine.

Le problème de la prise en charge médicamenteuse de la maladie de Parkinson réside dans la phase d’apparition de complications motrices au bout d’un certain temps, ces symptômes étant auparavant contrôlés.
Suite à cette phase, le patient subit des fluctuations d’état, on observe ainsi une alternance de phases « on » : les symptômes sont bien gérés, et de phases « off » où les symptômes réapparaissent.
C’est pour cela qu’il faudra adapter le traitement tout au long de la maladie, cette adaptation passe par un réajustant de la posologie, changement de molécules, ou encore à un passage vers des formes à libération prolongées, pour essayer d’équilibrer au mieux la maladie.

Les effets indésirables des traitements antiparkinsoniens

Les traitements de la maladie de Parkinson contrôlent efficacement les symptômes mais peuvent induire des effets indésirables avec par exemple les dyskinésies (mouvements anormaux involontaires) dues à une sur stimulation dopaminergique.
Les agonistes dopaminergiques quant à eux peuvent induire des troubles du comportements de type addiction : jeux, hypersexualité, achats compulsifs, troubles alimentaires…
Les personnes sous traitement doivent prévenir tout professionnel de santé en raison du risque d’interactions médicamenteuses.

Approches non médicamenteuses

La rééducation prend une part importante dans la prise en charge de la maladie de Parkinson. Elle a fait ses preuves sur l’amélioration des symptômes moteurs grâce entres autres à la kinésithérapie (exercices spécifiques et stratégiques pour surmonter les difficultés à générer des mouvements automatiques) et à l’orthophonie (troubles de la déglutition, parole, écriture).
L’ergothérapeute permet d’aider à adapter l’habitat du patient pour faciliter sa vie quotidienne, salle de bains, système d’alarme en cas de besoin...
Les couverts alourdis vont permettre de mieux maitriser les mouvements de la main malgré la présence de tremblements. Ainsi le patient garde son autonomie au moment des repas, peut manger à l'extérieur sans être gênés par le regard des autres. Les couverts Nelson permettent également de prévenir le risque de dénutrition car il n'est pas rare que le malade agacé de voir sa nourriture retomber dans son assiette ou sur ses vêtements, écourte son repas.
D’autres dispositifs existent pour faciliter les déplacements ou encore faciliter la prise de médicaments avec les piluliers.
Myriam Gorzkowski

Myriam Gorzkowski

Docteur en pharmacie

Mis à jour le 05/07/2019

AVIS PRODUITS

VOTRE AVIS