Lapin domestique : mieux le connaître pour en prendre soin

  • Par Myriam Gorzkowski, mis à jour le 02/03/2022 à 15h03, publié le 17/02/2022 à 09h02
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Lapin domestique : mieux le connaître pour en prendre soin
Votre lapin est une boule de poils qu’il faut cajoler, car il est en proie au stress. Cet animal faisant partie des gibiers de prédilection de bon nombre de prédateurs, a inscrit dans son code génétique la méfiance et les situations de stress qui le font surréagir. De plus, le lapin est un animal sujet à certaines maladies pouvant être mortelles. Pharma GDD vous informe sur cet animal faisant le bonheur de nombreux foyers qui associent calme, douceur, tendresse pour lui offrir un toit idéal et une vie heureuse. Pour cela, il faudra associer des soins, être vigilant et prévenant tout en lui donnant la meilleure alimentation ! 

Mieux connaître le lapin

Le lapin de compagnie est un mammifère faisant partie de nombreux foyers français. Il ne fait pas partie de la catégorie des rongeurs, mais des lagomorphes comme le lièvre. Il a une espérance de vie entre 5 et 8 ans. Très sociable, le lapin est un animal surtout actif au crépuscule et la nuit. La patte de lapin est avant tout signe de l'abondance. Cela viendrait du fait que le lièvre ou le lapin est particulièrement fécond. Les lapins peuvent procréer dès 4 à 6 mois de vie et donner naissance jusqu'à 10 lapereaux deux fois par an.

Pourquoi le lapin est-il stressé ?

Ce stress est un marqueur d'instinct, car il est une cible facile à l'état sauvage pour ses nombreux prédateurs. Ce phénomène d'épigénétique l'a mené à se méfier et donc à ressentir du stress au quotidien. Le lapin domestique a hérité de ces gênes. De plus, ils subissent les nouvelles sources de stress provenant du mode de vie du foyer, le bruit, les écrans, les sons et les enfants présents. Le lapin est sujet au stress. Il supporte mal des décharges de catécholamines, l'hormone du stress. Avec ce flot intense et soudain d'hormones, une tachycardie apparaît subitement et peut aller jusqu’au décès du lapin. 

Comment reconnaître les signes de stress et de peur chez le lapin ?

Le langage corporel du lapin est à prendre en compte. La queue basse est signe qu'il est inquiet, que la situation le met mal à l'aise.
Les oreilles plaquées sont signe d'agressivité ou de peur. 
Lorsqu'un lapin cri, c'est qu'il a très peur. Cet instinct de hurlement lui permet d'informer ses congénères d'un danger mortel imminent.
Lorsque le lapin se met à courir, terrifié dans toutes les directions sans but précis, cela correspond à une situation de stress intense. Très dangereuse pour le lapin, la crise de panique peut aboutir à un arrêt cardiaque lié 2 phénomènes qui se cumulent, c'est-à-dire les hormones du stress et l'effort physique, induisant une forte augmentation du rythme cardiaque. La respiration rapide va également provoquer une accélération du rythme cardiaque.
Les grognements sont significatifs d’un comportement agressif, de stress et d'angoisse. Dans ce cas de figure, sa réaction va être rapide, violente et cessera instantanément dès que les stimulus s’arrêteront. 
Lorsqu'il tape des pattes arrière comme Panpan l'ami de Bambi, on peut l'interpréter comme un comportement de stress. De cette façon, le lapin avertit son entourage d'une inquiétude. À l'état sauvage, ce son va se propager par des vibrations et mettre en alerte ses congénères. 
Les yeux exorbités sont également un signe de stress. Une poche de sang appelée sinus veineux se trouve derrière l'œil du lapin. Lorsque le lapin a peur, cette poche se remplit subitement de sang, poussant les globes oculaires vers l'extérieur occasionnant de gros yeux.
Le lapin peut avoir des tocs et présenter des crises d'automutilation.

Les conséquences d'un lapin stressé

Lorsqu'un lapin est stressé, il perd l'appétit, le rendant plus fragile et davantage sensible au stress. C’est un cercle vicieux. Cela provoque forcément une perte de poids et la diarrhée, entrainant une baisse du système immunitaire. En raison d'un état de stress important, le lapin est capable de commettre un infanticide ou d’avorter.

Quelles sont les solutions pour calmer un lapin stressé ?

Il est possible de calmer un lapin en l'approchant doucement et en le laissant dans son environnement. Il n'aime pas le changement comme de nombreux animaux. Le complément alimentaire Rescue Remedy Pets peut aider à calmer et à réduire les moments de stress de votre lapin. Lorsqu'un lapin arrive dans un foyer avec des enfants, il est primordial de les prévenir qu'il faut parler doucement, de ne pas le prendre dans leurs bras brutalement et qu'il ne supporte pas les éclats de voix ni les gestes trop vifs. Il faut laisser du temps au lapin pour s'habituer progressivement. Il en va de même lorsque vous vous absentez et que quelqu’un vous rend service en venant le nourrir. Il est important que votre lapin connaisse la personne.

Les diverses pathologies du lapin

Les maladies cardiaques du lapin

Tout comme le hamster, le chinchilla, le lapin est concerné par les maladies cardiovasculaires. Le lapin est sujet aux malformations cardiaques comme une cardiomyopathie, une valvulopathie ou encore un thrombus ou des lésions d'athérosclérose. Ces pathologies sont provoquées par une alimentation trop riche en lipides, en calcium causant également des infections bactériennes ou par un stress chronique. Les symptômes d'une maladie cardiaque se caractérisent par une perte d'appétit, une diminution de l'activité, une intolérance à l'effort, essoufflement, une distension abdominale et un retard de croissance. Durant la consultation, le vétérinaire peut constater une tachycardie, un souffle cardiaque et des muqueuses pâles appelées cyanoses.

Le coryza 

Il existe le coryza du chat mais cela concerne également le lapin. Le coryza du lapin est une pathologie des voies respiratoires pouvant entrainer la mort. Cette maladie se caractérise par des éternuements, puis peut muter en abcès, en ulcère ou encore en pneumonie sans traitement. Les origines du coryza du lapin proviennent des bactéries comme la pasteurella. La transmission se fait lors de l'accouplement et pendant la mise-bas. Une litière négligée, un environnement qui manque d'hygiène entrainent des risques élevés de transmission du coryza par voie aérienne. 

Quels sont les symptômes ?

Une respiration sifflante et difficile obligeant le lapin à respirer par la bouche est annonciatrice de coryza. Un écoulement nasal, voire vaginal pour les femelles de couleur claire signifie que la maladie est à ses débuts. Lorsque l'écoulement devient plus foncé et plus épais, la maladie s'est installée. Des rougeurs peuvent se localiser autour des yeux qui deviennent larmoyants, signe d'une conjonctivite. La progression de la maladie montre l'état général du lapin se détériorer avec des complications concernant la sphère ORL et les poumons. Une otite interne peut également se manifester. Des boules cutanées sous le pelage annoncent des abcès signifiant un stade avancé de la maladie. Ces symptômes peuvent s'accompagner de fièvre, c'est-à-dire au-dessus de 39,5°C. Le vétérinaire va s'assurer que le lapin ne souffre pas d'une simple rhinite provoquant les éternuements. Un poil humide et souillé, en particulier au niveau des pattes avant peuvent amener le vétérinaire à effectuer des examens complémentaires comme une radiographie du thorax.

Quel est le traitement du coryza du lapin ?

Les éternuements et les sécrétions nasales d'un lapin doivent vous mettre la puce à l'oreille. S'il vit avec d'autres animaux, isolez-le pour éviter toute contamination. Lorsque le diagnostic est pris à temps, une prescription d'antibiotiques sera effectuée avec des soins antiseptiques et un remède visant à décongestionner les voies respiratoires du lapin. Certains lapins peuvent développer une forme chronique de coryza, gênant régulièrement le lapin cependant, moins grave. 

Quels sont les solutions préventives contre le coryza du lapin ?

L'hygiène, une alimentation de haute qualité et saine aident à prévenir le coryza du lapin. Il est important de nettoyer et de désinfecter régulièrement la cage ou l'habitat du lapin ainsi que tous les accessoires comme la gamelle, le récipient d’eau. Évitez les lieux humides ou en courant d'air pouvant nuire à son bien-être. Des compléments alimentaires peuvent aider à booster l'immunité du lapin.

Les puces chez le lapin

Il faut savoir qu'un lapin peut accueillir contre son gré les mêmes puces que le chat et le chien. Cela nécessite un traitement antiparasitaire, car les puces pondent en moyenne des dizaines d’œufs par jour qui tombent sur le sol contaminant l’habitation et risquant également de contaminer les propriétaires. Les pipettes dosés en fonction du poids du lapin sont la solution la plus efficace. L’intervalle entre deux traitements préventifs est plus court chez un lapin que pour un chien ou un chat parce qu’il élimine plus rapidement le principe actif. Concernant l’environnement, vous pouvez utiliser un spray et une poudre pour traitement l’habitation, mais pensez à déplacer votre animal dans un endroit à part pour éviter tout problème respiratoire. Lorsque le traitement de l’habitation est terminé, aérez et replacer votre lapin à sa place habituelle. En effet, la poudre de Terre de Diatomée et le spray de Terre de Diatomée insecticides ne doivent pas être utilisés, car ils sont volatils et sont à l’origine de troubles respiratoires.

Les parasites chez le lapin

Le lapin peut aussi abriter des parasites internes. Cela a pour conséquences des troubles digestifs comme la diarrhée. Les oxyures sont les parasites les plus fréquents. Le Passalurus ambiguus est à l'origine de diarrhée lors d'infestation massive du lapin, souvent liée à de l'herbe fraîche lorsque le lapin vit ou profite de son jardin. La coccidiose intestinale provoquée par les coccidies entraine un amaigrissement pouvant être mortel dû aux diarrhées. L'encéphalitozooonose est une affection parasitaire rencontrée chez le lapin. Elle est due à un protozoaire, une microspore. La contamination se fait essentiellement de la mère aux lapereaux par le sang, le lait et les urines. En cas de diarrhées répétées, il est important de consulter un vétérinaire afin d'identifier le parasite pour un traitement efficace. 

Quels sont les vermifuges pour lapin ?

Il existe différents vermifuges pour lapin. Le Capizol est une solution buvable qui n'est cependant pas efficace pour neutraliser les parasites provoquant l'encéphalitozoonose. Le Panacure est également une solution buvable prescrite par la vétérinaire. Le Stronghold est une solution en spot-on composée essentiellement de selamestine. Il est utilisé pour le traitement et la prévention des contaminations par les puces amis également pour l'élimination des vers, mais n'exerce pas d'activité antiparasitaire efficiente contre l'encéphalitozoonose. 

Quelle est la fréquence du vermifuge pour lapin ?

Il est conseillé de vermifuger le lapin 2 à 3 fois par an en fonction de son mode de vie, sédentaire à vivre dans la maison ou en vadrouille régulière. Si le lapin évolue dans le jardin, les végétaux, les granulés et le foin qu'il consommera dehors peuvent comporter des parasites comme l'aoûtat, un vers difficile à éliminer. Il faudra le vermifuger plus souvent. 

Vermifuges : sous quelles formes ?

Il existe des comprimés ou des solutions buvables. Le lapin ne peut pas avaler un comprimé, c'est pour cela qu'il est important de l'écraser et le dissoudre dans de l'eau et de lui administrer à la seringue.

L’alimentation du lapin

Le lapin est animal herbivore qui mange du foin à volonté et des végétaux frais (fruits, herbes coupées, salade, fanes de radis, carottes, betteraves, chou, épinards), à raison de 40 g par kg matin et soir. Le foin de luzerne peut être donné comme friandise au lapin. Il est important d’éviter le pain, les biscuits et les mélanges de céréales et de ne pas dépasser les 20 g par kg d’aliments extrudés, c’est-à-dire sous forme de granulés. Le lapin doit boire suffisamment d’eau, à raison de 50 à 150 ml par jour. En cas d'ingestion d'un ingrédient ou une substance toxique pour le lapin, il existe des aliments complémentaires à base de charbon actifs végétal comme Carbonimo de Biocanina, un actif très adsorbant, pour capter les molécules toxiques et ainsi soulager l'inconfort de l'animal, en cas de flatulences ou d'inconfort digestif. Ce type de compléments va réduire les émissions de gaz et soulager le lapin.

Vaccinations obligatoires du lapin

Lorsque l’on accueille un lapin, il faut savoir que certains vaccins sont conseillés comme celui contre la myxomatose. Cette maladie mortelle est transmise par des congénères porteurs du virus, mais également par les insectes piqueurs comme les puces les moustiques et les mouches. Cette maladie se caractérise par des tumeurs sur la face et les membres des lapins. La vaccination contre la maladie virale hémorragique se transmettant par les insectes est également conseillée, car elle est responsable de la mort subite du lapin. Cette zoonose également transmise par les insectes ou par contact direct touche les lapins sauvages et domestiqués de plus de 2 ans. Très contagieux pour les lapins, ce virus entraine une baisse de l'immunité favorisant le stress, des maladies systémiques et des parasites. Ce virus est responsable d'une hépatite nécrosante et provoque des troubles majeurs de la coagulation.

Soin des griffes et des dents de votre lapin

Il faut savoir qu'un lapin domestique n'a pas besoin de prendre un bain. Comme le chat, le lapin passe une grande partie de la journée à faire sa toilette. Il déteste l'eau et sa prédisposition au stress ne sera qu'exacerbée. En effet, le fait de mettre ses pattes dans l'eau va provoquer une grande source de stress. Baigner ou passer un lapin sous l'eau peut provoquer un état de choc ou une hypothermie pouvant être fatale. Sans problème de handicap, de troubles urinaires et de diarrhée, il n'est pas nécessaire de le nettoyer. La seule chose à faire est le nettoyage régulier de son environnement.

Couper les griffes

Les dents et les griffes du lapin poussent continuellement. Il est important de les examiner régulièrement, au moins une fois par mois. S'ils sont légèrement courbés, cela signifie qu'ils sont trop longs. Si le bruit des griffes est audible lorsqu'ils se déplacent, c’est également un signe qu'il faut les couper. Veillez à choisir un coupe-ongle correspondant à la taille de votre lapin. Le coupe-ongle en forme de ciseau est souvent utilisé pour les chats. Celui en forme de guillotine est plus adapté aux chiens, car les griffes sont plus épaisses. Ces deux ustensiles sont adaptés aux lapins. Ne soyez pas surpris par le saignement des griffes. En effet, si les ongles de votre lapin sont coupés un peu trop courts, il est possible qu'il saigne un peu, car il se trouve un vaisseau sanguin à l'intérieur de chaque griffe appelé le vif. Pour stopper le saignement, il est possible d'appliquer une poudre styptique qui agit en guise de coagulant rapide. Il suffit de tamponner la zone. Un crayon hémostatique ou encore une poudre hémostatique pourront également faire l'affaire. Avant de commencer, pensez à bien calmer votre lapin en le caressant un long moment pour le mettre en confiance. Pour plus de facilité, sollicitez l'aide d'une tierce personne pour couper les griffes de votre lapin. Cette personne pourra stabiliser le lapin tout en le caressant et ainsi vous aider à couper les griffes. 

Prendre soin de ses dents

Les dents du lapin poussent en permanence, à raison d'1 à 2 mm par semaine, ce qui peut être un problème. Il est conseillé d'apporter à votre lapin une alimentation pour permettre aux dents de s’user correctement. Le foin demeure le meilleur aliment possible. Le lapin doit pouvoir en consommer tout au long de la journée. Lorsqu’il mastique le foin, le frottement des dents va assurer une usure nécessaire. L'alimentation par le foin assure l'usure des incisives et contribue à prévenir des malformations, des lésions et des abcès. Lorsqu'un lapin n'est pas ou que peu alimenté de foins, les incisives du lapin ne vont pas s'user et donc pousser, provoquant les malocclusions dentaires. Ce phénomène est visible par un recourbement vers l'intérieur en direction du palais et ou vers l'extérieur comme des défenses d'éléphant. Les malocclusions touchant les molaires sont plus complexes à déterminer. Un examen buccal effectué par un vétérinaire sera nécessaire. C'est pour cela qu'il est important de consulter un professionnel au moins une fois par an et ainsi prévenir ces complications. Les malocclusions dentaires empêchent le lapin de s'alimenter. Auparavant, les vétérinaires coupaient les dents à l'aide de pince, mais il s'avère que cette méthode augmente le risque de complications à court et à long terme. Maintenant, le vétérinaire utilise des instruments qui permettent de couper les dents sans appliquer d'importantes forces sur les dents et les tissus les entourant. Il s'agit d'un micromoteur avec fraise ou disque qui permet de couper progressivement la dent et d'éviter d'exposer la pulpe dentaire. Le vétérinaire anesthésie le lapin afin de couper les dents en toute sécurité et pour plus de confort pour le lapin.

Conclusion

Le lapin est un animal très fragile qu’il faut cajoler et respecter en l’accueillant dans un foyer calme et adapté. Il faut connaître les diverses pathologies qu’il peut rencontrer et en prendre soin au quotidien. Il sera conseillé de consulter un vétérinaire régulièrement afin de vérifier l’état de ses dents, de ses griffes et s’assurer de sa bonne santé cardiaque. Dès les premiers symptômes vous faisant penser au coryza ou tout signe de stress chronique, demandez l’avis d’un professionnel.