Elever des poules pondeuses : ce qu'il faut savoir

Elever des poules pondeuses : ce qu'il faut savoir
Sociables, les poules se laissent très volontiers apprivoiser. Attachantes et affectueuses, elles constituent une véritable animation pour les enfants qui n’attendent qu’une seule chose : ramasser les œufs et les déguster ! Qui n’a jamais rêvé d’avoir les œufs, chez soi, pour en faire une bonne omelette ? Il est encore temps d’accueillir une poule chez vous ! Pharma GDD vous présente tous les bons conseils à adopter pour recueillir une poule dans son jardin. Ainsi, votre pharmacie en ligne vous dresse la liste des avantages si vous souhaitez accueillir ces volatiles chez vous, mais aussi quelques recommandations sur le choix de la race. Enfin, vous pourrez découvrir toutes les précautions à prendre pour les garder en bonne santé et leur procurer une hygiène de vie irréprochable.

Élevage de poule : les avantages

Avoir des poules chez soi possède de nombreux avantages, notamment lorsque l’on habite en ville. Très faciles à élever, les poules possèdent un rôle écologique en matière de recyclage de déchets. De plus, c’est l’assurance de manger et de préparer des œufs toujours frais. Enfin, les poules apportent beaucoup au sein de la famille et permettent de stimuler vos enfants, notamment en les poussant à s’occuper d’elles et en ramassant les œufs.

Un volatile omnivore et écologique

Avoir une poule en ville est tout à fait faisable. En effet, depuis quelques années, de nombreux individus font le choix d’adopter des poules pour de nombreuses raisons. Elles permettent de manger bio tout en prenant soin de la planète. Alors, optez pour cette solution naturelle pour mieux manger et vivre au quotidien.

Dites stop au gâchis et aux déchets avec les poules pondeuses. Si elles sont attachantes, elles sont également très économiques et écoresponsables. En effet, ces volatiles sont considérés comme étant de vrais composts sur pattes. Un couple de poules peut ingurgiter environ 150 kilos de déchets alimentaires par an, comme des épluchures de légumes, du fromage, du gras de viande, la peau des poissons ou encore des pâtes. Élever des poules dans son jardin est une véritable alternative contre le gaspillage alimentaire.

Sur le long terme, ces volailles sont beaucoup plus économiques qu’un recyclage industriel des déchets. De plus, elles raffolent des limaces et autres insectes nuisibles. Elles jouent donc un rôle puissant d’insecticide naturel, pour le plus grand bonheur des amoureux de la nature. Les poules mangent les insectes à tous leurs stades de croissance, de l’œuf à l’âge adulte. Enfin, elles ont également pour rôle d’éloigner les petits serpents de votre habitat, afin d’éviter les mauvaises rencontres.

La poule : un désherbant et un engrais naturel

Durant toute l’année, les arbres et les plantes de votre jardin ont besoin de beaucoup d’énergie pour se développer afin de produit des fleurs ainsi que des fruits. La fiente de poules est reconnue comme étant un excellent engrais, riche en azote phosphore, calcium et potassium. En accueillant seulement deux, trois poules, vous obtiendrez un engrais parfaitement écologique, bon marché et de très bonne qualité. L’azote a pour rôle d’être absorbé très vite par la plante afin de redonner l’énergie indispensable. De plus, les poules sont de véritables tondeuses écologiques. Elles possèdent la particularité d’éviter la prolifération de mauvaises herbes, en grattant la couche supérieure du sol.

Enfin, il vous est tout à fait possible d’utiliser les déjections de vos poules en compostage, en alternant les couches de déchets verts et les déchets du poulailler. Ainsi, en arrosant régulièrement, vous obtiendrez un compost équilibré.

Une récolte d’œufs quotidienne

La possession de poules pondeuses dans votre jardin assure une récolte d’œufs quotidienne. Si vous souhaitez avoir seulement deux poules chez vous, vous obtiendrez environ 500 œufs par an. De quoi faire de bons petits plats tout au long de l’année. Avoir des poules chez soi peut vous faire économiser environ 150 €. Quelques poules suffisent amplement pour couvrir votre consommation d’œufs annuelle. Ceci est à la portée de tous et permet ainsi de manger des œufs frais et bio, tout au long de l’année. Rien à voir avec ceux du commerce ! De plus, si vous nourrissez vous-même vos poules, vous saurez qu’elles ne mangent que des aliments sains, dépourvus de pesticides et antibiotiques.

Animal de compagnie idéal pour les enfants

Les poules sont de véritables animaux de compagnie, très sociables et attachantes. Peu contraignantes, elles n’ont besoin que d’un petit peu de compagnie afin de vivre sereinement tout en procurant une ponte idéale. Des poules dans le jardin permettent ainsi d’offrir l’occasion à vos enfants de s’y intéresser et de s’en occuper. Ils peuvent participer à l’entretien, mais aussi au nourrissage quotidien ainsi qu’à la récolte d’œufs. Terminé les écrans, vos enfants retrouveront le goût de la nature en s’occupant de vos poules. Cette activité ludique rendra votre enfant fier et ravi. En ayant des poules chez vous, vous sensibilisez votre enfant au respect de l’animal, aux origines des produits alimentaires et au choix de la nourriture saine pour préserver sa santé.

Comment choisir sa poule ?

Le choix d’une poule est aussi important que lorsque vous prenez la décision d’adopter un chat ou un chien. En France, il existe une cinquantaine de races de poules. Certaines sont plus dociles et se laisseront approcher plus facilement que d’autres. Pharma GDD vous présente plusieurs races afin de vous guider dans votre choix.

Les races de poules les plus demandées

Si vous n’avez pas de grand jardin et que vous disposez d’espaces plus restreints, la poule de la Bantam de Pékin et celle de Soie sont naines et peuvent très bien cohabiter ensemble dans des espaces plus petits. Elles ont pour particularité de ne gratter très peu le sol. La poule de Soie pond environ 130 à 150 œufs par an. La poule de la Bantam, quant à elle, est une très bonne pondeuse et peut produire jusqu’à 250 œufs par an, dès l’âge de 6/7 mois.

Si vous souhaitez accueillir des poules pour avoir de nombreux œufs, nous vous proposons de découvrir les poules pondeuses fermières, de loin les plus répandues. Celles-ci sont issues de souches fermières et sont choisies pour leur simplicité ainsi que leur productivité. Vous en avez déjà peut-être entendu parlé, car elles sont également appelées : la poule rousse, la poule noire, la poule blanche, la poule gris cendré ou encore la poule coucou. Ces volailles ont pour particularité de produire des œufs dès l’âge de 4 mois en grande quantité, soit environ 300 œufs par an. Les poules de races pondent plus tardivement, vers l’âge de 6 à 8 mois.

Ces volatiles ne sont pas tous égaux en matière de ponte, c’est pourquoi il existe des solutions qui permettent de favoriser la production d’œufs. Les poules possèdent des cycles de ponte où elles sont davantage productives. Lorsqu'il fait trop chaud ou trop froid, elles ne pondent quasiment plus car elles utilisent leur énergie pour réguler leur température corporelle. C’est pourquoi, les compléments alimentaires sont idéals pour les aider durant ces périodes compliquées. Les boosters de ponte sont composés de vitamines et minéraux qui permettent de faciliter la production régulière d’œufs solides. Ces compléments alimentaires se mélangent à la nourriture habituelle de vos poules et leur apportent tous les nutriments nécessaires pour une ponte productive et efficace. Sous forme de poudre, ces boosters sont idéals pour pouvoir profiter d’une ponte active tout au long de l’année.

Adopter des poules : quel coût ?

Le prix de votre poule variera en fonction de l’âge et de la race. En effet, si vous souhaitez accueillir une poule pondeuse fermière prête à pondre, âgée de 4 à 5 mois, le prix sera d’environ 15 à 20 euros. Ce sont les poules les plus répandues, d’où leur faible coût. L’obtention d’une poule doit se faire dans le respect de l’animal, comme un chien ou un chat. Les poules de race, qui produisent légèrement moins n’excèdent pas les 50 euros, dû à leur élevage de manière plus artisanale. Enfin, si vous ne souhaitez pas débourser d’argent pour une poule, ou si vous souhaitez aider ces volatiles qui parfois proviennent d’exploitations qui ferment ou d’abattoirs, les poules de réformes sont faites pour vous ! Elles sont généralement données, car elles ne produisent plus assez d’œufs, notamment dans les élevages intensifs.

L’âge peut également faire varier le coût de votre poule. En effet, un volatile de 14 semaines possédera un coût plus faible qu’un de 20 semaines (proche de l’âge de ponte). Enfin, il est tout à fait préférable de privilégier les élevages en extérieur, avec une nourriture diversifiée et de qualité.

Combien de poules accueillir chez soi ?

Pour commencer, il est important de ne pas en prendre trop afin de ne pas être débordé tout de suite, surtout si c’est votre premier élevage. Deux poules suffisent pour démarrer une petite production d’œufs. Une poule peut, à elle-seule, produire environ 250 œufs par an, c’est pour-quoi deux poules en fourniront suffisamment pour une famille de 4 personnes. De plus, elles pondent très régulièrement durant le printemps et l’été, mais dès que l’hiver approche, elles ont un peu plus de mal avec notamment le manque de luminosité.

Concernant le coq, il est généralement déconseillé d’en prendre un, notamment si vous habitez en ville à cause des nuisances sonores. Les poules n’ont pas besoin de mâles pour produire des œufs. Cependant, si vous souhaitez avoir des poussins, là, il est envisageable d’en prendre un, en campagne. Le nombre de poules varie selon l’espace extérieur dont vous disposez. Plus l’espace sera restreint, moins vous pourrez adopter de poules.

Entretien de la poule : santé et habitat

La nourriture des poules

Afin de garder vos poules en bonne santé, il est important de leur apporter une nourriture de qualité, répondant à leurs besoins nutritionnels. En effet, les œufs pondus que vous dégustez dépendent de la qualité des aliments que mangent vos poules. Omnivores, elles se nourrissent des restes de vos épluchures et repas, ainsi que des graines, des insectes ou encore des escargots. Néanmoins, il ne faut pas négliger l’alimentation, à côté. Pour leur assurer un bon équilibre alimentaire, une nourriture saine doit leur être procurée. Les aliments doivent répondre à des besoins énergétiques spécifiques, mais aussi à des apports protidiques.

En complément des déchets de cuisine que vous offrez à vos poules, vous devez leur procurer des céréales, environ 70 % (blé, maïs, avoine) ainsi que des protéines sous forme de graines entières (pois, soja, lin, tournesol et colza). Durant l’hiver, les poules dépensent beaucoup d’énergie pour se réchauffer. C’est pourquoi il est important de leur offrir des petites rations alimentaires comme des soupes tièdes, du pain trempé dans de l’eau ou encore du grain concassé. De plus, il vous est également possible de leur procurer des aliments complémentaires sous forme de vitamines afin de stimuler leur organisme durant les périodes difficiles. Ces complexes vitaminés permettent de prévenir des carences.

L’alimentation de vos poules doit se composer uniquement de protéines, de vitamines et d’oligo-éléments. Celles-ci mangent par petites quantités, à heure fixe, et doivent toujours avoir de l’eau fraîche à disposition.

L’habitat

Afin que votre poule puisse produire de nombreux œufs, il est important de lui procurer un habitat spacieux et adapté à ses différents besoins. Pour cela, il est nécessaire de leur aménager un enclos, ou même un poulailler. Inutile d’en construire de très grands, pour une poule, 1,5 m² de surface au sol dans la partie habitable de l’environnement de vie suffit amplement. Cela permettra ainsi à vos poules d’avoir un abri pour dormir, pour se protéger en cas de pluie, mais aussi lors de pontes. En ce qui concerne la taille du poulailler, cela varie en fonction du nombre de poules. Il est généralement recommandé d’installer un poulailler ou un enclos de 20 m² (minimum 10) pour qu’une poule puisse vivre dans de bonnes conditions et ainsi pondre davantage d’œufs.

Les poules pondeuses ont besoin de gambader et de gratter le sol à la recherche d’insectes et de vers. Il est donc nécessaire de répondre à ce besoin vital si vous prévoyez d’installer un poulailler ou un enclos. Leur habitat doit être placé dans un endroit bien sec et à l’abri du vent afin que vos poules puissent pondre en toute tranquillité. Leur habitat doit être proprement aménagé afin de leur donner un maximum de confort. Il convient de le surélever pour éviter que l’humidité pénètre dans leur lieu de vie.

Idéalement, à l’extérieur, il faut compter dix mètres carrés d’espace par poule. À l’intérieur, il est nécessaire que votre poulailler soit composé d’une zone réservée à la promenade et offrant un accès à la terre, mais aussi une zone abritée pour qu’elles puissent dormir et pondre.

Les traitements et protections contre les prédateurs

Une fois les poules chez vous, il est important de bien les protéger des prédateurs, mais aussi des parasites qui peuvent venir entraver leur santé. En effet, nombreuses sont les bestioles qui viennent de jour comme de nuit attaquer les poules, si ces dernières ne sont pas dans des abris protégés. Le plus grand prédateur reste le renard qui s’infiltre dans le poulailler, soit par un trou de grillage soit par-dessus. Les chiens errants, les putois, les fouines ou encore les belettes sont également des prédateurs prêts à tout pour avoir des poules. Les chats, quant à eux, ne s’attaquent pas aux poules, mais préfèrent s’intéresser aux poussins qu’ils considèrent comme tous les autres petits oiseaux. Concernant les prédateurs aériens, les rapaces, les corbeaux ou encore les pies peuvent être un réel danger pour vos poules. Afin de garder vos volailles bien au chaud, quelques conseils sont à prendre en compte :

  • Vérifiez le poulailler tous les soirs et fermez-bien les portes, le grillage ou toute autre fermeture, quelle que soit la période de l’année. Un poulailler ouvert offre la possibilité aux renards de venir faire un massacre.
  • Sécurisez bien l’enclos afin qu’il soit inviolable. Évitez de le fermer avec de simples crochets, les prédateurs sont en effet capables de gratter et de faire sauter les crochets. Veillez à équiper l’enclos d’un système de fermeture de qualité (avec verrou de préférence).
  • Vous pouvez également électrifier le grillage ou l’enclos pour plus de sécurité.
  • Posez un filet sur le poulailler afin d’empêcher les attaques de buses et autres rapaces.
  • Pour faire partir les prédateurs tels que les renards, il est possible que vous appliquiez de fortes odeurs provenant de votre chien ou de vous-même. Le renard a peur des humains, mais aussi des chiens. En mettant des mèches de cheveux ou des poils de chien tout le long du poulailler, cela peut le faire fuir.
  • Le bruit et les ultrasons sont également de véritables solutions. Une radio allumée permet d’éviter les attaques répétées et de faire fuir les prédateurs.
  • Enfin, vous pouvez installer des lumières extérieures qui ont pour rôle de détecter tout mouvement.
Vos poules peuvent également être la cible de parasites externes, très embêtants pour leur santé et notamment leur productivité. Lorsqu’elles sont infectées, les poules pondent des œufs de moins bonne qualité. Il existe donc plusieurs solutions qui permettent d’éliminer et de réduire l’invasion de nuisibles. La terre de diatomée, par exemple, a pour rôle de traiter l’environnement dans lequel évoluent vos volatiles. Elle permet d’éliminer naturellement tous les nuisibles. Composée d’algues fossiles microscopiques, cette terre est un véritable insecticide naturel. 

Vous pouvez également opter pour le répulsif de parasites intestinaux sous forme de solution buvable. Il permet notamment de renforcer l’organisme de votre poule. Omnivores, les poules ont tendance à manger les limaces et insectes. Seulement, ceux-ci peuvent leur transmettre des parasites intestinaux comme des vers. À base de thym reconnu pour ses propriétés parasiticides, d’ail, de tanaisie ou encore de fenugrec, ce répulsif protègera vos poules des parasites internes néfastes pour leur santé.


Notre sélection :

Réglementation et lois

Avoir des poules ainsi qu’un poulailler dans son jardin nécessite de respecter quelques règles, aussi bien concernant les nuisances vis-à-vis des voisins, que l’urbanisme ou encore les règles d’environnement.
  • Aucun bruit particulier ne doit porter atteinte à la tranquillité du voisinage, que ce soit dans un lieu public ou privé. (code de la santé publique)
  • Le propriétaire est responsable de tout dégât causé par ses poules. (code civil)
  • Il est important de bien respecter la taille de construction d’un poulailler exigée par l’arrêté municipal de votre commune ou votre ville.
  • Il est obligatoire de respecter le code de bonne conduite envers votre animal, ce qui interdit les mauvais traitements.
  • Enfin, l’élevage est autorisé si cela n’est consacré qu’à une consommation personnelle. Un particulier n’a pas le droit de vendre ses œufs. De plus, depuis 2006, chaque propriétaire doit déclarer sa possession de volatiles au sein de sa mairie.

Ce qu’il faut retenir

L’élevage de poules nécessite de nombreuses précautions. En effet, il est important de leur offrir un habitat ainsi qu’une santé irréprochable afin qu’elles puissent pondre des œufs de bonne qualité, en toute sérénité. De plus, faites attention aux prédateurs qui n’attendront pas que vous fermiez la porte du poulailler ! Prenez soin de vos poules en leur procurant une alimentation saine et équilibrée tout en leur offrant un espace de vie convenable.