Allaitement : les bienfaits pour bébé et maman

Allaitement : les bienfaits pour bébé et maman
Allaiter ou ne pas allaiter ? Voilà une question quasiment incontournable chez les futures mamans. Les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sont claires : allaitement exclusif jusqu’aux 6 mois de l’enfant, puis en association avec une alimentation diversifiée jusqu’à au moins 2 ans. Quoi qu’il en soit, le fait d’allaiter ou non son bébé reste toujours un choix personnel qui doit être respecté. Pour vous aider à y voir plus clair, les pharmaciens de Pharma GDD détaillent tous les bienfaits de l’allaitement maternel et son impact positif sur la santé de bébé et la vôtre, que ce soit à court, moyen ou long terme.

Le lait maternel, un aliment idéal pour bébé

Le dicton « la nature est bien faite » trouve tout son sens dans l’allaitement. En effet, même si elle ne désire pas allaiter, le corps de la femme se prépare dès la grossesse à produire du lait maternel. Celui-ci constitue le meilleur aliment pour le bébé, évoluant avec lui et s’adaptant sans cesse à ses besoins et sa croissance.

Colostrum : de l’or liquide

Dès le deuxième trimestre de grossesse, la future maman commence à produire du colostrum, une sorte de « premier lait » considéré comme un véritable trésor pour bébé. C’est cette substance que le nouveau-né pourra boire pendant les premiers jours qui suivent sa naissance. Jaune et épais, le colostrum est un concentré salé de protéines et d’anticorps, exactement ce dont le nourrisson a besoin. Trois à cinq jours après l’accouchement, au moment de la montée de lait, il laissera la place à un lait de transition puis au lait maternel mature.

Le colostrum est très bénéfique pour le bébé qui vient de naître. C’est pourquoi la tétée d’accueil, aussi appelée tétée de bienvenue, est de plus en plus encouragée au sein des maternités. Si vous ne souhaitez pas allaiter, il est malgré tout possible de donner votre colostrum à votre bébé en l’exprimant manuellement ou à l’aide d’un tire-lait. N’hésitez pas à demander de l’aide à une sage-femme ou d’une puéricultrice si cette option vous intéresse.

Les protéines contenues dans le colostrum ont une action nutritive et agissent comme un bouclier contre les agents infectieux. On trouve aussi dans cette substance des vitamines A et E, qui vont prévenir les hémorragies. D’autres effets positifs sont attribués au colostrum. Il possède notamment des vertus laxatives, ce qui va favoriser une évacuation rapide du méconium (premières selles de bébé contenant les déchets accumulés pendant la grossesse), réduisant ainsi les risques de jaunisse. Enfin, le colostrum est un prébiotique très efficace : il va contribuer à l’implantation d’une bonne flore bactérienne dans le système digestif encore immature du bébé.

Composition du lait maternel

Les spécialistes sont unanimes sur ce point : le lait maternel a une composition unique qui fait de lui le meilleur aliment à donner à un bébé. Il se distingue par sa richesse en vitamines, sels minéraux, oligoéléments, graisses et protéines. Le lait maternel est également gorgé d’ingrédients vivants : enzymes, globules blancs, cellules souches, anticorps transmis par la mère, etc. On y trouve aussi des acides gras à longue chaîne, essentiels pour le développement cérébral. Le lait maternel renferme toutes sortes de sucres : des sucres simples (glucose, fructose, galactose), des disaccharides (saccharose, lactose) et des sucres plus complexes appelés oligosaccharides, présents à hauteur de 20 grammes par litre pour le colostrum et 10 grammes par litre pour le lait mature. Ces sucres sont très importants, car ils aident l’organisme du bébé à construire petit à petit son microbiote.

Les bienfaits du lait maternel pour la santé de bébé

Les scientifiques sont formels : plus l’allaitement dure plus il protège l’enfant. Ses bienfaits ne se limitent pas à la seule enfance, mais se répercutent tout au long de sa vie. Cerveau, microbiote, sommeil, protection contre les maladies… le lait maternel agit à de nombreux niveaux.

Construction des défenses immunitaires

À la naissance, les systèmes immunitaire et digestif du bébé sont encore immatures. Le lait maternel va contribuer à les renforcer. Ainsi, il a été observé que le microbiote du bébé allaité est plus riche en bifido-bactéries que celui du bébé nourri au biberon de lait en poudre. Ces bifido-bactéries sont chargées de dégrader les oligosaccharides du lait maternel. Ce processus va produire des acides et donc limiter le développement d’agents pathogènes dans l’organisme, tout en rendant la barrière intestinale plus efficace. Le nourrisson est alors plus résistant aux virus et aux bactéries.

Protection contre les maladies

En buvant du lait maternel, le bébé est davantage protégé contre de nombreuses maladies. Il a moins de risques de souffrir de diarrhée, de gastroentérite, de rhumes, de grippes, d’infections auriculaires et de candidose. Si le bébé est né prématuré, le lait maternel lui apporte une protection optimale contre des pathologies potentiellement dangereuses, comme une septicémie, une affection pulmonaire chronique ou une entérocolite ulcéro-nécrosante.

Si le bébé tombe malade malgré tout, le fait de l’allaiter est très bénéfique. Face à cette situation, les composants protecteurs du lait maternel augmentent. La récupération est plus rapide, car la mère produit des anticorps spécialement conçus pour combattre l’infection dont souffre son bébé.

Les bienfaits de l’allaitement se manifestent aussi sur le long terme. En effet, il a été démontré que le lait maternel réduit chez l’enfant les risques de surpoids, d’hypertension artérielle, d’allergies saisonnières et alimentaires.

Selon plusieurs études, un allaitement de plus de six mois permettrait de protéger le bébé contre le développement de certaines tumeurs malignes, de lymphomes et de leucémie. Cette action viendrait de la présence, dans le lait maternel, de la protéine alpha-lactalbumine nommée HAMLET. Cette molécule est capable de détruire sélectivement les cellules cancéreuses en provoquant une apoptose (autodestruction), en désorganisant l’ADN dans le noyau et en empêchant de ce fait la division cellulaire. En parallèle, HAMLET assure sa propre survie et préserve les cellules saines.

Enfin, les bébés allaités sont également deux fois moins sujets à la mort inattendue du nourrisson, autrefois appelée « mort subite ».

Maturation et développement du cerveau

Au cours des six premiers de sa vie, le cerveau du bébé est le siège d’une très grande activité. Il connaît un développement rapide et un quasi-doublement de sa masse. L’allaitement participe à ces phénomènes par le biais du lait maternel, qui contient des acides gras à longue chaîne, en particulier du DHA. De la famille des omégas 3, il favorise les connexions entre les différentes zones du cerveau ainsi que la transmission des signaux.

Sommeil du bébé allaité

L’allaitement a également un effet bénéfique sur le sommeil. Parmi ses nombreux composants bienfaisants, le lait maternel renferme de la mélatonine, la fameuse hormone du sommeil. Celle-ci est connue pour favoriser l’endormissement et réguler les cycles veille-sommeil. Chez le nourrisson, les rythmes circadiens, notamment celui lié au sommeil, mettent un certain temps à se mettre en place. Tout apport extérieur de mélatonine aidera alors le bébé à établir les rythmes que nous connaissons en tant qu’adulte. Cela améliorera la qualité de son sommeil et réduira aussi les coliques, qui se manifestent souvent le soir et peuvent empêcher bébé de se calmer pour s’endormir ensuite sereinement.

Allaiter : un coup de pouce pour les mamans

S’il n’est plus à prouver que l’allaitement est bon pour le bébé, les mamans ne savent pas toujours que cela peut leur être bénéfique pour leur propre santé.

Après l’accouchement

Dans les premiers jours qui suivent l’accouchement, le fait d’allaiter favorise la rétractation de l’utérus (on parle de « tranchées »). Chez une maman allaitante, l’utérus retrouve plus rapidement sa taille, sa forme et sa tonicité que chez une maman qui a fait le choix de nourrir son bébé au biberon. L’ocytocine, hormone de l’amour, qui est sécrétée pendant l’allaitement exerce un effet antidépresseur. Elle réduit l’anxiété et les risques de dépression du post-partum. Dans les six mois après la naissance du bébé, allaiter facilite la perte de poids chez de nombreuses femmes. En effet, les tétées et le fait de tirer son lait demandent beaucoup d’énergie et peuvent vous faire consommer jusqu’à 500 calories par jour !

Allaitement long, un pari sur l’avenir

Selon de nombreux chercheurs, l’allaitement long est à privilégier pour voir des effets bénéfiques à court, moyen et long terme sur la santé des femmes. Ainsi, chaque année d’allaitement réduit de 4,3 % le risque de développer un cancer du sein. Les risques sont également moindres pour les cancers de l’ovaire et de l’utérus. Selon certaines estimations, si toutes les femmes occidentales allaitaient six mois de plus, 25 000 cancers du sein pourraient être évités.

L’allaitement permettrait aussi aux femmes d’améliorer leur minéralisation osseuse, et donc de limiter les risques de développer de l’ostéoporose au moment de la ménopause. Il agirait aussi en prévention des maladies cardiaques et du diabète de type II.

Tisser le lien avec bébé grâce à l’allaitement

L’allaitement, tout comme le portage, le peau à peau et le cododo, fait partie de ce que l’on appelle le maternage proximal. Il contribue à la création du lien entre le bébé et sa mère, et ce dès les premières tétées.

Ocytocine et allaitement

L’ocytocine est une hormone sécrétée par le corps, connue pour déclencher l’accouchement. Les femmes en produisent également pendant l’allaitement. En association avec la prolactine, l’ocytocine permet le réflexe d’éjection du lait. Elle est souvent présentée comme l’hormone de l’amour, de l’attachement et du bonheur. Au moment de la tétée, la succion du mamelon et les diverses stimulations sensorielles avec bébé génèrent une excitation neuro-hormonale qui se traduit par la libération d’ocytocine. Le tout exerce une action apaisante et favorise le lien de confiance et d’amour entre la mère et l’enfant.

Une proximité unique

Dès son premier souffle, le bébé a besoin d’un contact étroit et permanent avec ses parents pour survivre, se préserver des microbes, se rassurer, développer son cerveau et se nourrir. L’allaitement constitue l’une des clés de cette proximité. Il permet au bébé de créer et développer sa sécurité affective et sa confiance en lui. En effet, son besoin est exprimé, reconnu puis assouvi. Il sait alors qu’il peut faire confiance à sa mère et que celle-ci est en mesure de l’accompagner.

L’allaitement est également garant du bien-être et de la détente du tandem maman-bébé. Donner le sein est une manière de nourrir son enfant, mais aussi de l’apaiser et de lui apporter du réconfort lorsque cela est nécessaire. Le lait maternel maintient un taux de cortisol (hormone du stress) bas, ce qui est idéal pour le bon développement du cerveau de bébé. Du côté de la maman, allaiter facilite l’endormissement, favorise l’apaisement psychologique et la confiance en soi.

Enfin, les odeurs sont très importantes pendant l’allaitement. En effet, le lait maternel possède la même signature olfactive que le liquide amniotique. La mémoire des odeurs permet au nourrisson de mieux s’adapter à la vie extra-utérine. Les stimulations exercées par l’odeur du lait maternel et celle de la maman représentent une véritable nourriture psychologique et émotionnelle pour l’enfant.

L’allaitement au quotidien : praticité et économie

Les premières semaines de l’allaitement peuvent parfois être compliquées. Il faut toutefois noter que ce temps d’adaptation est nécessaire pour que la lactation soit bien lancée et pour s’assurer que bébé tète correctement. Passé ces premiers pas, allaiter devient plus facile. Ce mode d’alimentation s’avère d’une grande praticité dans la vie quotidienne et permet aussi de faire des économies non négligeables.

Si vous allaitez, l’étape de la préparation des biberons n’a pas lieu d’être. Bébé peut être nourri à tout moment, sans difficulté ni effort particulier, notamment la nuit (surtout si vous pratiquez le cododo) avec, en prime, un endormissement rapide après la tétée. Les sorties et les voyages sont grandement facilités et le sac à langer s’allège, car il n’est pas utile d’emporter des biberons et tout le nécessaire pour les préparer. En outre, le lait maternel présente l’avantage d’être toujours à la température idéale pour bébé. Enfin, l’allaitement est également écologique puisqu’il ne produit que très peu de déchets.

Économiquement, le fait d’allaiter son bébé est avantageux : vous n’avez pas à acheter de lait artificiel. Vous n’aurez pas non plus à faire face à une rupture de stock, car vous produisez du lait à la demande. Enfin, si vous reprenez le travail, vous aurez généralement besoin de moins de jours de congé pour enfant malade, car l’allaitement constitue une bonne protection contre les virus et les bactéries. Sachez que vous pouvez tout à fait allier allaitement et activité professionnelle en tirant votre lait pour qu’il soit donné à votre enfant par l’assistante maternelle ou le personnel de la crèche. Notre fiche conseil « Maternité : bien choisir son tire-lait » vous donne toutes les informations dont vous avez besoin sur le sujet.

Ce qu’il faut retenir

En France, environ 70 % des bébés sont allaités au moment de leur naissance. Cependant, ce taux chute rapidement ensuite : 38 % des nourrissons sont encore nourris au sein à quatre mois, 19 % à six mois et 5,3 % à un an, ce qui reste encore loin des recommandations émises par l’OMS. Pourtant, l’allaitement est un mode d’alimentation très bénéfique pour la santé infantile et maternelle. Cela s’explique par la composition unique du lait maternel, qui renferme tout ce dont le bébé a besoin pour grandir, développer ses défenses immunitaires et son cerveau. Allaiter son enfant est également une manière de tisser le lien d’attachement et de confiance. Enfin, c’est une solution d’une grande praticité, qui facilite la vie quotidienne et permet de faire des économies. Si vous souhaitez allaiter, retrouvez de nombreuses informations sur comment allaiter son bébé ou quels accessoires d’allaitement utiliser.