Allaitement : tirer et conserver son lait

Allaitement : tirer et conserver son lait
En France, un peu plus de 70 % des femmes décident d’allaiter leur bébé à la naissance. Ce chiffre chute ensuite rapidement : 1 enfant sur 2 est allaité à l’âge de 1 mois, 1 sur 4 à l’âge de 6 mois. Quelle que soit la raison de cette baisse du taux d’allaitement, tirer son lait est une manière de le poursuivre et d’apporter à bébé tous les bienfaits du lait maternel. Cependant, exprimer le lait maternel, puis le conserver, n’est pas forcément évident pour toutes les mamans allaitantes. Cela demande de la disponibilité, un certain investissement financier et surtout du matériel adapté, sans compter les règles d’hygiène à suivre. Comment tirer son lait correctement ? Quels outils utiliser ? Comment conserver le lait maternel ? Pharma GDD répond à ces questions pour vous aider à y voir plus clair.

Pourquoi tirer son lait ?

Au fil de l’allaitement, il est possible que vous deviez faire face à certaines problématiques nécessitant que vous tiriez votre lait pour qu’il soit ensuite donné à votre bébé.

Bébé prématuré

Si l’on se place d’un point de vue chronologique, la première situation pouvant vous amener à exprimer votre lait est la naissance prématurée de votre bébé et son placement en unité de néonatalogie. Si l’allaitement est un souhait qui vous est cher, sachez que la séparation avec votre nouveau-né ne constitue pas un obstacle à sa mise en place. En effet, les maternités sont équipées en tire lait et peuvent vous en proposer un dès les premières heures qui suivent la naissance. Cela vous permettra d’exprimer le colostrum, riche en protéines et anticorps, afin que bébé puisse en profiter. Ce « premier lait » est considéré par les médecins comme un véritable médicament pour les prématurés. En dehors des bienfaits pour bébé, l’utilisation du tire lait vous aidera à stimuler la lactation (autrement dit la production de lait) malgré le fait que votre bébé ne prenne pas le sein. Cela est également valable pour les nourrissons qui ont des difficultés de succion liées à un frein de langue ou de lèvre court ou serré, ou en cas de problème de fente palatine.

Engorgement et baisse de lactation

Après quelques semaines d’allaitement, il est possible d’être confrontée à l’engorgement. Ce phénomène est lié à une trop grande production de lait par rapport à la consommation du bébé. L’engorgement se produit notamment lorsque les tétées commencent à s’espacer, par exemple quand votre tout-petit fait ses premières nuits sans réveil. Il se manifeste par des signes facilement reconnaissables : sensation de chaleur au niveau de la poitrine, seins gonflés et durs. Vous pouvez soulager cet inconfort en tirant votre lait, que vous stockerez ensuite en prévision d’une sortie ou de la reprise du travail. Attention : si vous avez de la fièvre, cela peut être le symptôme d’une mastite, il est alors important de consulter un médecin.

La fatigue, les pics de croissance, le stress et la reprise du travail sont autant de facteurs qui peuvent entraîner une baisse de lactation. Tirer son lait est alors une manière de « relancer la machine ». Si vous utilisez un tire lait, celui-ci va fonctionner comme une pompe, stimuler les glandes mammaires et donc la production de lait maternel. Si cela est possible, nous vous recommandons de compléter les tétées par des séances d’expression du lait.

Sortie sans bébé, reprise du travail et sevrage

Tirer son lait est aussi recommandé pour poursuivre l’allaitement même lorsque vous êtes éloignée de votre bébé, que ce soit pour une sortie ou la reprise du travail. Ainsi, vous pouvez tirer votre lait en prévision d’une absence prolongée sur une période incluant une ou plusieurs tétées. Le papa, les grands-parents ou la nounou pourront ainsi prendre le relais et nourrir bébé avec du lait maternel.

Il est tout à fait possible de concilier allaitement et activité professionnelle, bien que cette dernière soit plutôt perçue comme un frein. Il faut savoir que, selon l’article L 1225-30 du Code du Travail, toute maman allaitante a le droit à 1 heure par jour pour tirer son lait, et ce pendant la première année de vie de l’enfant. Cette mesure favorise l’allaitement au long cours, qui est bénéfique aussi bien pour le bébé que pour la mère.

À partir du moment où vous décidez d’arrêter d’allaiter, tirer votre lait favorise un sevrage progressif. Au fur et à mesure, vous pourrez réduire les tétées, puis les séances de tirage de lait, jusqu’à ce que votre corps mette fin de lui-même à la lactation. Découvrez plus d’informations sur le sevrage d’un bébé allaité dans notre fiche conseil dédiée.

Comment tirer son lait ?

Différentes méthodes existent pour exprimer le lait maternel. Vous pouvez par exemple utiliser un tire lait manuel ou électrique, ou bien opter pour l’expression manuelle. Dans tous les cas, il est important de suivre les règles d’hygiène et de respecter la chaîne du froid lorsque vous devez transporter le lait maternel.

Le tire lait

Le tire lait est un dispositif qui permet d’exprimer le lait maternel facilement et rapidement. Il existe sous deux formes : manuel ou électrique. Le tire lait manuel permet de maîtriser l’intensité de l’aspiration, puisque c’est la femme qui le fait fonctionner. Silencieux, il présente aussi l’avantage de ne pas nécessiter de source d’électricité. Le tire lait manuel est généralement en simple pompage, c’est-à-dire qu’il est muni d’une seule téterelle permettant d’exprimer un sein à la fois. Nous vous conseillons ce type de tire lait pour un usage occasionnel.

Le tire lait électrique, quant à lui, peut être à simple ou double pompage. Il est plus coûteux, et disponible à la location en pharmacie ou sur des sites spécialisés. Son action se veut physiologique et imite les mouvements effectués par le bébé pendant la tétée. Ce type de tire lait propose souvent 2 phases, la stimulation puis l’expression, ainsi qu’un niveau d’intensité ajustable. Il permet de tirer davantage de lait maternel tout en gagnant du temps. Le tire lait électrique est adapté à un usage fréquent. N’hésitez pas à consulter notre fiche conseil pour savoir comment choisir son tire lait.

Notre sélection :

L’expression manuelle du lait maternel

Pratique, gratuite et écologique, l’expression manuelle du lait maternel est aussi une technique qui demande un peu d’entraînement. Elle offre plus de confort que le tire lait et un contact peau à peau plus stimulant par rapport à la sensation du plastique, ce qui favorise le réflexe d’éjection du lait. Voici les différentes étapes à suivre pour procéder à l’expression manuelle :
1. Effectuez tout d’abord un massage doux des seins, des aréoles et des mamelons. L’application de chaleur par le biais d’un coussin thermique est également conseillée pour optimiser l’écoulement du lait maternel.
2. Placez vos doigts à environ 3 cm en arrière de la base du mamelon pour former un C (main sur le côté du sein) ou un U (main sous le sein) selon votre confort. Les pulpes du pouce et des autres doigts doivent se trouver une ligne qui passe par le mamelon.
3. Comprimez le sein vers vous en le poussant en direction de la cage thoracique. Pressez-le entre le pouce et les autres doigts pendant quelques secondes puis relâchez la pression.
4. Renouvelez le mouvement pendant quelques minutes puis changez de sein. Cela favorise le réflexe d’éjection du lait.

Tirer son lait dans les meilleures conditions

En comparaison avec la tétée de bébé, tirer son lait implique une certaine organisation et de suivre quelques règles simples. Préparation, moment idéal, astuces pour gagner du temps : découvrez nos préconisations.

Les règles d’hygiène pour bien tirer son lait

La règle de base avant de tirer son lait est de se laver les mains très soigneusement. Pour cela, utilisez de l’eau et du savon ou, en cas d’absence de point d’eau, un gel hydroalcoolique. Essuyez-vous ensuite avec de l’essuie-mains en papier. Tout le matériel utilisé pour tirer le lait doit être propre. Cela inclut le tire lait lui-même, mais aussi les téterelles, les tubulures et les flacons de recueil du lait maternel. L’espace où vous tirez votre lait doit lui aussi être propre. Il faut donc éviter au maximum les sanitaires et les vestiaires collectifs.

Si vous effectuez plusieurs séances de tirage dans la même journée, vous pouvez gagner du temps en mettant vos téterelles dans un sac plastique zippé (sac de congélation par exemple) que vous placez ensuite au réfrigérateur. Il n’y a que du lait maternel dans les téterelles, et celui-ci se conserve très bien au frais, cela ne pose donc pas de problème. Vous pourrez ainsi nettoyer les accessoires du tire lait seulement le soir. Changez de sac zippé chaque jour afin de limiter le contact avec des bactéries.

Enfin, le respect de la chaîne du froid est indispensable lorsque l’on tire son lait. Si vous devez transporter le lait maternel tiré entre votre travail et votre domicile, placez-le dans un petit sac isotherme muni de pains de glace avant de le replacer au réfrigérateur en arrivant chez vous.

Le moment et l’environnement pour tirer son lait

Le moment idéal pour tirer son lait est le matin, car les seins ont une plus grande réserve de lait. Si cela n’est pas toujours possible, sachez que vous pouvez malgré tout adopter des horaires réguliers pour rythmer votre corps et avoir une meilleure lactation.

Que vous soyez chez vous ou au travail, choisissez un endroit calme et isolé, où vous ne risquez pas d’être dérangée : cuisine, salle de repos ou de réunion, bureau individuel si vous en avez un, infirmerie, etc. Faites en sorte d’avoir une table à votre disposition pour pouvoir poser le tire lait ainsi que ses accessoires. La présence d’un siège confortable et d’un point d’eau est également préférable pour bien tirer son lait.

Afin de faciliter le tirage et de gagner du temps, nous vous conseillons de privilégier des vêtements faciles à ouvrir sur le devant. Vous pouvez aussi porter une brassière ou un soutien-gorge d’allaitement pour maintenir les téterelles, notamment si vous avez un tire lait double pompage. Cela vous permettra d’avoir les mains libres. Il existe aussi des bustiers spécialement conçus pour faciliter l’expression du lait maternel avec un tire lait. Si besoin, prévoyez un foulard ou une écharpe pour vous couvrir et ne pas avoir froid. N’oubliez pas les coussinets d’allaitement (jetables ou lavables), très utiles pour absorber les éventuelles fuites de lait.

Notre sélection :

Tirer son lait : comment s’y prendre ?

Selon les femmes, tirer son lait peut prendre entre 10 et 30 minutes, sachant qu’un tire lait double pompage permet à la fois de gagner du temps et de tirer davantage de lait maternel. Après avoir suivi les règles d’hygiène énoncées plus haut, placez les téterelles sur les seins en veillant à ce que les mamelons soient bien au centre.  Vous pouvez ensuite mettre en route le tire lait. Penchez-vous en avant pour favoriser l’écoulement du lait et éviter qu’il ne coule en dehors des téterelles.

Il faut parfois un peu de temps pour que le lait commence à couler et que le réflexe d’éjection se déclenche. Quelques astuces peuvent l’optimiser, la première étant de se détendre et de ne pas se focaliser sur la quantité obtenue. Celle-ci peut en effet varier sous l’influence de nombreux facteurs (stress, fatigue, pics de croissance de bébé…). Si vous observez une nette baisse de lactation, sachez que vous pouvez utiliser des tisanes d’allaitement ou des compléments alimentaires qui stimuleront votre production de lait.

Pour favoriser le réflexe d’éjection, vous pouvez aussi tout simplement penser à autre chose, regarder des photos ou des vidéos de votre bambin, lire ou flâner sur les réseaux sociaux. Lorsque le réflexe d’éjection se déclenche, le lait maternel coule plus abondamment. À la fin de ce réflexe, la quantité diminue. Toutefois, si vous persistez, il est possible d’en déclencher un nouveau et donc de tirer plus de lait. Lorsque plus rien ne coule depuis au moins 2 minutes, vous pouvez arrêter le tirage.

Faites attention en déposant les téterelles, car elles peuvent basculer et entraîner avec elles les flacons de recueil. Le lait tiré peut être conservé dans ces flacons (à condition de bien les fermer) ou dans un autre contenant, et placé au réfrigérateur ou dans une petite glacière. Nous vous proposons plus bas une liste non exhaustive des contenants adaptés à la conservation du lait maternel.

La conservation du lait maternel

Le lait maternel se conserve bien, à condition de bien suivre les recommandations émises par les autorités de santé. Il peut être placé au réfrigérateur, dans une petite glacière ou au congélateur, selon les besoins de chaque famille et les quantités tirées. La durée de conservation dépend du moyen choisi.

Quels contenants pour conserver le lait maternel ?

Pour bien conserver le lait maternel, nous vous recommandons de bannir tout ce qui pourrait fuir ou se renverser. Le contenant doit être muni d’une fermeture parfaitement étanche. Le verre est préférable au plastique, car il conserve mieux les propriétés du lait maternel. Si vous utilisez malgré tout un contenant en plastique, celui-ci doit être à usage alimentaire et sans BPA. Notez qu’il n’est pas forcément nécessaire d’investir dans des pots spécialement dédiés à la conservation du lait maternel. Ainsi, un biberon, une petite bouteille en verre ou un pot de confiture conviennent parfaitement. Ils doivent être nettoyés et stérilisés avant la première utilisation.

Si vous voulez congeler du lait maternel, les pots ne sont pas vraiment l’idéal, car ils prennent beaucoup de place. Choisissez plutôt des sachets de conservation pour lait maternel, qui permettent un stockage à plat dans le congélateur et sont dotés d’un espace pour noter la quantité de lait ainsi que la date de tirage, des informations importantes pour l’utilisation future. Vous pouvez aussi opter pour des sachets ou des bacs à glaçons. Ce système permet de décongeler uniquement la quantité de lait maternel nécessaire et donc d’éviter de jeter ce qui ne serait pas bu par bébé.

Quel que soit le mode de conservation choisi, il faut toujours noter la date de tirage du lait et la quantité, ainsi que le prénom de l’enfant s’il est gardé en crèche ou par une assistante maternelle.

Notre sélection :

Conditions de conservation du lait maternel

Le lait maternel est un produit stable qui se conserve très bien. Des recommandations ont été émises par l’Human Milk Banking Association of North America (HMBANA) et adoptées par l’International Lactation Consultant Association (ILCA). Ces recommandations sont basées sur des preuves scientifiques, vous pouvez donc vous y référer en toute confiance.

Intéressons-nous dans un premier temps à la conservation du lait maternel tout juste tiré. À température ambiante (25 ° C), il se conserve entre 4 et 6 heures. Cette durée s’allonge si la température est plus basse : 10 heures entre 19 et 22 ° C ; 24 heures à 15 ° C. Lorsque le lait maternel frais est placé dans un sac isotherme contenant des pains de glace tout juste sortis du congélateur, la durée de conservation est de 24 heures.

Au réfrigérateur (4 ° C), le lait maternel se conserve jusqu’à 8 jours. Il faut le placer dans la zone la plus froide, et non dans la porte. Si votre réfrigérateur n’est pas nettoyé régulièrement ou qu’il n’est pas exactement à 4 ° C, comptez plutôt 5 jours par mesure de précaution. Dans un compartiment « freezer », le temps de conservation est de 2 semaines. Enfin, si vous optez pour la congélation du lait maternel, il peut être conservé pendant 6 mois.

Lorsque le lait maternel est décongelé, les conditions de conservation sont différentes et dépendent de la méthode de décongélation. Reportez-vous au tableau ci-dessous pour en savoir plus. Il faut savoir que le lait peut changer d’aspect lorsqu’il a été congelé. Le gras remonte et le lait est plus clair en dessous. Au moment de la décongélation, il suffit de remuer pour que le lait redevienne homogène.

Méthode de décongélation Conditions de conservation
Au frigo, non réchauffé Température ambiante (25 ° C) : 4 heures
Réfrigérateur : 24 heures
À température ambiante ou à l’eau chaude Température ambiante : pour l’achèvement du repas en cours
Réfrigérateur : 4 heures

Si besoin, vous pouvez également panacher les temps de conservation, mais attention, il ne faut pas cumuler les maximas. Ainsi, il est possible de laisser le lait maternel frais pendant 1 heure à température ambiante, puis de le placer 2 heures dans un sac isotherme, et enfin de le mettre pendant 3 jours au réfrigérateur. En revanche, si le lait est resté 5 jours au réfrigérateur, il ne peut plus être congelé. Deux options s’offrent alors à vous : le donner à votre bébé ou l’ajouter à l’eau de son bain afin de prendre soin de sa peau fragile.

L’essentiel à retenir

Tirer son lait est une manière de faire face à différentes problématiques au cours de l’allaitement : bébé né prématuré ou ayant des difficultés de succion, engorgement, baisse de lactation… Cela permet aussi de prévoir des sorties sans bébé et de poursuivre l’allaitement au moment de la reprise du travail. Pour tirer son lait correctement, le tire lait est un accessoire indispensable. À simple ou double pompage, électrique ou manuel, il permet d’exprimer le lait facilement. Par la suite, le lait maternel peut être conservé de différentes façons : au réfrigérateur, dans une petite glacière isotherme, dans un compartiment freezer ou au congélateur. Selon ce que vous aurez choisi, il vous faudra suivre des règles de conservation précises afin que le lait maternel conserve tous ses bienfaits. Si vous recherchez des informations sur l’allaitement, n’hésitez pas à consulter le site de la Leche League ou à contacter une consultante en lactation certifiée IBCLC (International Board Certified Lactation Consultant) via le site de l’Association française des consultants en lactation.