Verrues : 6 choses à savoir

Très courantes, les verrues sont souvent sans danger, mais néanmoins disgracieuses, contagieuses et parfois douloureuses. Pour s’en débarrasser, il est essentiel de savoir les différencier, d’identifier leurs causes et d’apprendre à agir en conséquence. On vous explique.


1) Elles sont souvent localisées sur les mains ou les pieds

La plupart du temps, elles apparaissent aux extrémités du corps, c’est-à-dire sur les mains ou les pieds. Mais elles peuvent aussi être localisées sur le cuir chevelu, le visage, la bouche ou les parties génitales.


2) Il en existe plusieurs sortes

Plusieurs types de verrues sont identifiés par les spécialistes :

  • Les verrues vulgaires forment un dôme et apparaissent le plus souvent sur les mains ou les doigts. Elles sont très fréquentes chez les enfants ou les adolescents.
  • Les verrues plantaires apparaissent sur la plante du pied.
  • Les verrues planes sont petites, lisses et forment des grappes. Elles se situent généralement sur le visage, les jambes ou le dos des mains.
  • Les verrues filiformes sont petites, allongées et localisées autour des yeux, du visage ou du cou.
  • Les verrues péri-unguéales et sous-unguéales sont courantes chez les personnes qui se rongent les ongles. Elles sont, en effet, situées sur le pourtour ou sous les ongles.
  • Les verrues génitales sont souvent petites, plates et apparaissent sur les organes génitaux. La consultation est obligatoire.

 

3) Elles ne sont pas liées à un manque d’hygiène

Contrairement à certaines idées reçues, les verrues ne sont pas liées à un manque d’hygiène. Elles sont causées par le virus du papillome humain (VPH), naturellement présent sur la peau. Lorsque le système immunitaire d’une personne est affaibli, elle court un plus grand risque de contracter le virus. Aussi, une petite lésion sur la peau suffit à le laisser entrer et entraîne l’apparition d’une ou de plusieurs verrues. C’est pourquoi, il est conseillé de ne pas marcher les pieds nus dans les endroits publics comme la piscine, car le virus est très contagieux.


4) Elles peuvent disparaître par elles-mêmes

Il n’est pas toujours nécessaire d’intervenir pour guérir une verrue, d’autant que les traitements peuvent endommager l’épiderme. Chez l’enfant, les verrues vulgaires disparaissent généralement en quelques mois par elles-mêmes. Chez l’adulte, la guérison est souvent plus longue, mais la majorité des verrues disparaît spontanément avant 2 ans. Les autres types de verrue nécessitent votre intervention.


5) De multiples traitements existent

Lorsque les verrues sont douloureuses, qu’elles provoquent de l’inconfort esthétique, qu’elles se propagent ou qu’elles sont susceptibles d’entraîner des complications, il faut agir ! Les traitements des verrues disponibles sont fonction du type de verrue, de son emplacement et de l’âge du patient.


En pharmacie, il est possible de se procurer des soins à bases d’acide salicylique ou des solutions conçues pour se débarrasser d’une verrue à domicile, par la technique de cryothérapie (par le froid). C’est par exemple le cas de la solution Scholl SOS Verrues ou celle de Cryopharma.


Si la verrue persiste, il est conseillé de consulter un dermatologue. Il sera en mesure de vous débarrasser de la verrue par ablation, traitement à l’azote liquide ou au laser, injection d’interférons ou de bléomycine.


Pour protéger la population des verrues génitales, il existe un vaccin protecteur contre 4 types courants de VPH. Il prévient contre l’infection à l’origine de la plupart des cas de cancers du col de l'utérus.


6) La verrue peut réapparaître après traitement

Un traitement n’élimine pas complètement le virus. Même si la verrue disparaît, le virus demeure dans l’épiderme et peut se réactiver.

 

En savoir plus : Verrues : quelles solutions ?