Nicopass 1,5 mg réglisse menthe pastille


Fumeur moyennement ou faiblement dépendant
  • Pour qui Pour qui : Adulte
  • Mode d'administration Mode d'administration : Voie buccale
  • Femme enceinte Femme enceinte : Sur avis médical
  • Allaitement Allaitement : Sur avis médical
  • Forme Forme : Pastilles

À partir de
7,24 €
À partir de
7,24 €
NICOPASS 1,5mg SANS SUCRE REGLISSE-MENTHE, pastille édulcorée à l'aspartam et à l'acésulfame potassique est indiqué dans le traitement de la dépendance tabagique afin de soulager les symptômes de sevrage nicotinique chez les  sujets désireux d'arrêter leur consommation de tabac.

Bien que l'arrêt définitif de la consommation de tabac soit préférable, ce médicament peut être utilisé dans  :

  • les cas où un fumeur s'abstient temporairement de fumer.
  • une stratégie de réduction du tabagisme comme une étape vers l'arrêt définitif.

Conditionnement : boite de 36 ou 96 pastilles à sucer.

La substance active est :

Nicotine 1,5mg, sous forme de catiorésine carboxylate de nicotine 8,33 mg.
Pour une pastille.
 
Les autres composants sont :  isomalt, hypromellose, aspartam, acésulfame potassique, bicarbonate de sodium, carbonate de sodium anhydre, extrait sec de réglisse déglycyrrhiziné, glycyrrhizinate d'ammonium, arôme peppermint IFF 13-571-016, arôme masquant Permaseal Givaudan 1 1031-31.

Excipient à effet notoire : aspartam.

Posologie :

Les pastilles à sucer dosées à 1,5 mg ne sont pas adaptées pour les fumeurs fortement ou très fortement dépendants à la nicotine (score au test de Fagerström) de 7 à 10).
Réservé à l'adulte de plus de 15 ans.
Quel que soit son mode d'utilisation, ne pas dépasser 30 pastilles par jour. Réservé à l'adulte (à partir de 15 ans).

Arrêt complet du tabac : le traitement de la dépendance à la nicotine se fait habituellement en 2 phases.
1ère phase : sucer une pastille chaque fois que l'envie de fumer apparaît. Le nombre de pastilles à sucer dosées à 1,5 mg est généralement de 8 à 12 par jour et ne doit en aucun cas dépasser 30 pastilles par jour. La durée de cette phase est d'environ 3 mois, mais peut varier en fonction de la réponse individuelle.

2ème phase : quand l'envie de fumer est complètement  surmontée, réduire progressivement le nombre de pastilles sucés par jour. Le traitement sera arrêté lorsque la consommation est réduite de 1 à 2 pastilles par jour. Il est recommandé de ne pas utiliser les pastilles à sucer au-delà de 12 mois. Si à la fin de votre traitement vous continuez de ressentir des envies irrépressibles de fumer ou si votre traitement a échoué, CONSULTEZ VOTRE MEDECIN. Il pourra vous conseiller d'associer les pastilles avec une forme délivrant de la nicotine tout au long de la journée ; en dispositif transdermique. Sucer une pastille chaque fois que l'envie impérieuse de fumer apparaît malgré le traitement par un dispositif transdermique. Le nombre de pastilles à sucer par jour est variable et dépend de vos besoins. Généralement, le nombre de pastilles à sucer est de 5 à 6 par jour. Réduire progressivement au cours du sevrage le nombre de pastilles dosées à 1,5 mg utilisées par jour.

Absence temporaire du tabac : sucer une pastille chaque fois que l'envie de fumer apparaît. Le nombre de pastilles à sucer dosées à 1,5 mg est généralement de 8 à 12 mg utilisées par jour et ne doit en aucun cas dépasser 30 pastilles par jour.

Réduction tabagique : dans la mesure du possible, alterner les pastilles à la nicotine et les cigarettes. Sucer une pastille quand l'envie de fumer apparaît, pour rester aussi longtemps que possible sans fumer. Le nombre de pastilles à sucer par jour est variable et dépend de vos besoins. Néanmoins, il ne doit pas dépasser 30 pastilles par jour. Si une réduction de la consommation de cigarettes n'a pas été obtenue après 6 semaines de traitement, il est recommandé de prendre conseil auprès d'un professionnel de santé. La réduction de la consommation du tabac doit vous conduire progressivement à un arrêt complet du tabac.
Cet arrêt doit être tenté le plus tôt possible dans les 6 mois suivant le début du traitement. Si, au-delà de 9 mois de traitement, la tentative d'arrêt complet du tabac a échoué, il est recommandé de ne pas utiliser les pastilles au-delà de 12 mois.

Mode d'administration : voie buccale.

La pastille à sucer doit être placée dans la bouche où elle va se dissoudre progressivement. Elle doit être régulièrement déplacée d'un côté de la bouche à l'autre, jusqu'à dissolution complète. La structure matricielle des pastilles à sucer a été conçue pour assurer leur dissolution en environ 30 minutes, permettant ainsi une libération progressive de la nicotine et donc une absorption lente de celle-ci au niveau de la muqueuse buccale. En conséquence, elles ne doivent pas être croquées et avalées. Il faut s'abstenir de boire ou de mander, lorsque la pastille est dans la bouche.

Durée du traitement : La durée totale du traitement ne doit pas dépasser 12 mois.

En cas de persistance de la sensation de manque ou en cas de difficultés à arrêter ce médicament, consultez un médecin.

Si vous avez pris plus de NICOPASS 1,5 mg SANS SUCRE REGLISSE-MENTHE, pastille édulcorée à l'aspartam et à l'acésulfame potassique que vous n'auriez dû : en cas de surdosage accidentel ou si un enfant avale une ou plusieurs pastilles à sucer ; contactez un médecin ou un service d'urgence. En effet, de faibles quantités de nicotine sont dangereuses chez l'enfant. Une intoxication grave peut survenir et se manifester pour une hypotension, un pouls faible et irrégulier, une gêne respiratoire, une prostration, un collapus cardiovasculaire et des convulsions, pouvant conduire à une issue fatale.

En cas d'association des pastilles à sucer NICOPASS 1,5 mg avec un dispositif transdermique, référez-vous à la notice de chacun des médicaments.
 

Ne prenez jamais NICOPASS 1,5 mg SANS SUCRE REGLISSE-MENTHE, pastille édulcorée à l'aspartam et à l'acésulfame potassique :

  • si vous ne fumez pas ou si vous êtes un fumeur occasionnel,
  • en cas d'allergie à l'un des constituants,
  • en cas de phénylcétonurie (maladie héréditaire dépistée à la naissance), en raison de la présence d'aspartam.

EN CAS DE DOUTE, IL EST INDISPENSABLE DE DEMANDER L'AVIS DE VOTRE MEDECIN OU DE VOTRE PHARMACIEN.

Mises en garde :

Dans le cadre d'un "arrêt complet du tabac", l'utilisation de ce médicament doit s'accompagner d'une interruption totale de la consommation du tabac. Lisez attentivement les conseils d'éducation sanitaire.

Certaines maladies nécessitent un examen ainsi qu'un suivi médical avant d'utiliser le médicament. Ainsi, en cas de :

  • insuffisance hépatique et/ou rénale sévère,
  • ulcère de l'estomac ou du duodénum en évolution.

Il est indispensable de consulter votre médecin avant d'utiliser ce médicament.

Il est impératif de tenir les pastilles à sucer hors de la portée des enfants.

En effet, la dose thérapeutique destinée à l'adulte pourrait provoquer une intoxication, voire mortelle chez l'enfant.

Précautions d'emploi :

Certains signes traduisent un sous-dosage. Si vous ressentez , malgré le traitement, une sensation de manque, comme notamment :
- besoin impérieux de fumer,
- irritabilité, troubles du sommeil,
- agitation ou impatience,
- difficulté de concentration.

Consultez votre médecin ou votre pharmacie. En effet, il est peut-être nécessaire de modifier la posologie du médicament.

Certains signes peuvent traduire un surdosage : en cas d'apparition de signes de surdosage, c'est-à-dire nausées, douleurs abdominales, diarrhée, hypersalivation, sueurs, maux de tête, étourdissements, baisse de l'audition, faiblesse générale.

Il est impératif d'adopter le traitement en vous aidant de l'avis de votre médecin ou de votre pharmacien.

EN CAS DE DOUTE, NE PAS HESITER A DEMANDER L'AVIS DE VOTRE MEDECIN OU DE VOTRE PHARMACIEN.

Grossesse :

Il est très important d'arrêter de fumer pendant votre grossesse pour vos et votre enfant. L'arrêt du tabac pendant la grossesse nécessite un avis et un suivi médical et il doit d'abord être tenté sans substitution nicotinique.
Vous devez donc consulter le médecin qui suit votre grossesse ou vote médecin habituel ou encore un médecin au sein d'un centre spécialisé dans le sevrage tabagique.

Allaitement :

Si vous fumez beaucoup et que vous n'envisagez pas d'arrêter de fumer, vous ne devez pas allaiter votre enfant, mais avoir recours à l'allaitement artificiel.
L'utilisation de ce médicament doit être évitée pendant l'allaitement car la nicotine passe dans le lait maternel.
Cependant, si vous désirez vous arrêter de fumer et allaiter votre enfant, prenez l'avis de votre médicament ou d'un médecin au sein d'un centre spécialisé dans le sevrage tabagique.

Conduite de véhicules et utilisation de machines : l'arrêt du tabac peut provoquer des changements de comportement. Aux doses recommandées, il n'y a aucun risque associé à NICOPASS.

Excipient à effet notoire : aspartam (source de phénylhalanine) (E951).

Prise ou utilisation d'autres médicaments : Veuillez indiquer à votre médecin ou à votre pharmacien si vous prenez ou avez pris récemment un autre médicament, même s'il s'agit d'un médicament obtenu sans ordonnance. L'arrêt du tabac peut modifier l'action de certains médicaments. Parlez-en à votre pharmacien ou à votre médecin.
 

Consulter la notice en cliquant ici si le PDF ne s'affiche pas.

Mis à jour le 23/01/2019