Mal au genou : Quelle genouillère choisir?

Mal au genou : Quelle genouillère choisir?
Constamment sollicité le genou est le siège de nombreux traumatismes, tels qu’entorse, syndrome rotulien, ou arthrose. En cas de faiblesse ou de blessure, porter une genouillère peut contribuer à diminuer les douleurs et soulager l’articulation. Pharma GDD vous présente les différents types de genouillères et leurs indications, afin de vous aider à choisir le modèle le plus adapté à votre problème de genou.

Le genou : une articulation très sollicitée


schéma genou

Le genou est l’articulation intermédiaire de la jambe qui supporte le poids de notre corps, et joue un rôle essentiel dans notre mobilité et notre stabilité. En effet, il permet de nombreux mouvements tels que flexion, extension et rotation, et est particulièrement sollicité tout au long de notre vie. Le genou est composé de 3 os, la rotule ou patella, le tibia et le fémur, reliés entre eux grâce à 3 articulations (fémoro-patellaire et fémoro-tibial interne et externe), de 4 ligaments (ligaments interne et externe, ligaments croisés antérieur et postérieur) et de tendons. D’autres éléments anatomiques participent également à sa fonction comme le liquide synovial, qui agit comme un véritable lubrifiant, et le ménisque, un petit disque fibrocartilagineux qui joue le rôle d’amortisseur.
C’est l’intégrité de ces différentes parties qui assure au genou sa stabilité et qui lui permet de répondre aux différentes sollicitations.

Les principales blessures du genou

Les pathologies du genou concernent principalement des lésions du ménisque, de la rotule, des atteintes ligamentaires ou encore une dégénérescence du cartilage. Des accidents traumatiques peuvent également associer ces diverses blessures.

L’entorse du genou

Un ligament relie deux os au sein d’une articulation. Relativement résistant, mais peu extensible, il a pour fonction de limiter les mouvements excessifs et ainsi de protéger l’articulation d’éventuelles blessures.
L’entorse du genou est provoquée par une lésion ligamentaire (déchirure ou rupture) qui touche principalement le ligament latéral interne et les ligaments croisés. Elle peut être à l’origine d’une instabilité fonctionnelle du genou si elle n’est pas traitée correctement. Les genouillères indiquées dans ce type de traumatisme sont les attelles ligamentaires rigides dans les entorses graves, ou les genouillères ligamentaires textiles pour le maintien des instabilités légères à modérées.

Le syndrome rotulien

La rotule, ou patella est un os situé dans la partie antérieure du genou, qui a pour fonction de protéger l’avant de l’articulation et surtout de stabiliser le genou. Elle est surtout impliquée dans l’articulation fémoro- patellaire et joue un rôle important dans les mouvements de flexion et extension du genou. Par exemple lorsque l’on s’accroupit la pression exercée sur la rotule peut atteindre plusieurs centaines de kilos. Les nombreuses contraintes exercées peuvent entraîner au long cours de légères déviations, des tendinites et provoquées des douleurs. On parle notamment du syndrome rotulien.
Le syndrome rotulien fait partie des blessures les plus courantes, notamment chez les sportifs (coureurs, marcheurs, cyclistes). Il est lié à un fonctionnement anormal de la rotule, qui « frotte » contre le cartilage et entraîne son usure progressive. Dans ces situations les genouillères rotuliennes vont assurer le maintien et le bon positionnement de la patella (rotule) grâce à un anneau de silicone. La proprioception sera également assurée avec le tricot de compression, et des renforts latéraux contribueront à stabiliser l’ensemble.

L’arthrose du genou

Également appelée gonarthrose, l’arthrose du genou est due à la destruction progressive des cartilages articulaires. Elle représente la localisation la plus fréquente de toutes les manifestations d’arthrose. Phénomène dégénératif lié à l’âge, beaucoup de facteurs en favorisent son apparition, comme l’inactivité, le surpoids, les antécédents traumatiques ou encore les mauvaises positions, comme les déviations de l’axe de la jambe. Le type d’orthèse proposé sont les attelles de repos immobilisant l’articulation, ou les genouillères de décharge qui réduiront les contraintes. Les genouillères de maintiens permettront également de favoriser la stabilité du genou et fourniront de la chaleur.

Les traumatismes du genou

Les traumatismes survenant au niveau du genou sont la plupart du temps liés à la pratique sportive. Certains sports vous exposeront beaucoup plus, comme les sports à pivots sollicitant beaucoup le genou : basket, handball, football, rugby, ski. L’entorse du genou est l’accident le plus fréquent du ski alpin.
En cas de traumatisme, on utilise généralement dans un premier temps une attelle d’immobilisation, également appelée attelle de Zimmer. Il s’agit d’immobiliser le genou pour le protéger en attendant le diagnostic.

Les différents types de genouillères

À chaque genouillère sa fonction. En effet, selon l’élément anatomique atteint, l’activité ou l’objectif thérapeutique, elles auront chacune un rôle bien précis : soulager les douleurs, corriger les mouvements, faciliter les cicatrisations post-traumatiques, protéger le genou avant ou après une opération, favoriser la rééducation, permettre la reprise du sport après une période de convalescence.
Pour vous accompagner dans votre choix d’orthèse, nous allons vous présenter les différentes orthèses existantes et préciser leurs indications principales.

La genouillère de maintien : douleur légère

La genouillère de maintien est souple et améliore la proprioception, c’est-à-dire la perception de l’articulation. Elle est en textile et exerce une légère pression grâce à son tricot de compression. Elle est indiquée en cas de lésions légères à modérées (laxité chronique), œdème ou de séquelles traumatiques. Elle permet le maintien de l’articulation fragilisée. Ces genouillères de maintien sont utilisées en prévention, pour la reprise d’activité ou en protection post-traumatique lors de la reprise sportive. La contention de la genouillère proprioceptive doit être choisie proportionnellement à la gravité de la blessure. Plusieurs modèles sont disponibles en fonction de l’importance de l’activité que vous exercez.


Notre sélection :

La genouillère rotulienne : rotule, ménisque, arthrose légère

Les genouillères rotuliennes sont élaborées pour emprisonner la rotule, empêcher tout mouvement de latéralité, et améliorer la stabilité globale du genou. Elles sont utilisées en cas de douleurs associées aux instabilités rotuliennes (douleurs antérieures du genou). Elles sont indiquées dans le syndrome rotulien ou fémoro-patellaire, mais également en cas de subluxations latérales, de mauvais alignements rotuliens, de chondropathies (atteintes du cartilage), de tendinites (souffrances du tendon), de méniscectomies (ablations d’un ménisque), ou encore en cas d’arthrose légère.
Plus l’instabilité de la rotule est grave, plus la genouillère rotulienne doit être rigide, c’est à dire renforcée latéralement.


Notre sélection :

La genouillère ligamentaire : entorses légères à graves

La genouillère ligamentaire favorise la réparation des ligaments et stabilise le genou. Elle exerce une fonction proprioceptive, mais comporte également des renforts latéraux. Différents renforts sont proposés avec des baleines souples ou des inserts métalliques beaucoup plus rigides. La genouillère ligamentaire sera sélectionnée en fonction de l'entorse, du degré d’instabilité des ligaments et du niveau d’activité.
Les formes textiles permettent la compression et le maintien de l’articulation en cas d’instabilité ligamentaire légère à modérée. Les modèles rigides sont utilisés en cas d’instabilité modérée à grave, de rupture des ligaments croisés, de fragilité des ligaments latéraux, en usage préventif ou en période de convalescence.
Les genouillères ligamentaires sont également employées en cas de lésions méniscales, essentiellement diagnostiquées chez les sportifs et les travailleurs manuels qui utilisent beaucoup la position accroupie.


Notre sélection :

La genouillère de la la gonarthrose

Le port d’une orthèse du genou est souvent proposé dans la prise en charge de l’arthrose du genou, en association avec d’autres thérapeutiques. L’objectif est de soulager les douleurs, faciliter le mouvement et améliorer la qualité de vie.
Les attelles de repos vont immobiliser l’articulation pour un effet antalgique, tandis que certains modèles de genouillères de gonarthrose déchargent l’articulation en souffrance et répartissent la pression en dehors du compartiment articulaire. Elles permettent ainsi de diminuer la douleur et d’augmenter la stabilité articulaire.
La plupart des modèles proposent une ouverture totale, afin d’éviter le traditionnel enfilage par le bas, facilitant ainsi leur mise en place. Ils sont pour certains d’entre eux ajustables afin d’améliorer le confort et l’observance.
Le choix de la genouillère gonarthrose s’effectue en fonction du degré d’érosion du cartilage et du niveau d’activité du patient.


Notre sélection :

Les attelles d’immobilisation : urgence et suite opératoire

L’immobilisation du genou est souvent nécessaire : elle permet la cicatrisation, évite les mouvements anormaux et les chutes par faiblesse musculaire post-opératoire.
Il existe 2 types de genouillères post-opératoires :
  • Les attelles d’immobilisation permettent l’immobilisation totale de l’articulation, comme après un acte chirurgical par exemple. Elles vont soulager les douleurs, réduire l’inflammation, protéger les structures, et faciliter leur cicatrisation. Elles sont utilisées en cas de lésions ligamentaires ou rotuliennes, mais aussi en situation d’urgence ou de diagnostic différé.
  • Les attelles post opératoires articulées permettent une immobilisation réglable. Elles ont de nombreuses indications, et sont utilisées dans diverses situations, comme après une chirurgie ligamentaire, des lésions méniscales, un réalignement rotulien, une chondroplastie, une prothèse de genou…Les genouillères post-opératoires sont sélectionnées suivant la phase de traitement (phase aiguë, rééducation) et le niveau de protection nécessaire. Elles seront prescrites par votre médecin en fonction de votre situation.

Notre sélection :

Bien choisir sa genouillère et bien la positionner !

Vous avez choisi le type de genouillère adapté à votre situation. Il s’agit maintenant de bien choisir sa taille. Une orthèse correcte et adaptée sera portée, et pourra ainsi exercer son action thérapeutique.
Pour choisir le modèle de genouillère adapté à vos besoins, il faut avant tout connaître le niveau de maintien nécessaire et la taille de votre genou. Pour cela, il suffit de se référer aux tableaux de mesure correspondant à chaque genouillère. En cas de doutes, vous pouvez contacter nos pharmaciens spécialistes de l’orthopédie par téléphone ou par mail.
Sachez qu’il existe aussi des genouillères pour enfant, spécialement conçues pour s’adapter à leur morphologie.
La mise en place de la genouillère dépend du modèle choisi. Il faut avant tout veiller à ce que la genouillère épouse parfaitement le genou. Si elle possède un renfort siliconé, celui-ci se place au niveau de la rotule. S’il s’agit d’une attelle d’immobilisation, les renforts latéraux doivent être bien placés de chaque côté du genou.

Conclusion

La genouillère est une orthèse qui accompagne et soulage de nombreuses pathologies du genou. Que ce soit chez le sportif, la personne convalescente ou souffrant d’arthrose, il est important de choisir correctement son modèle de genouillère, adaptée à sa taille et à ses symptômes.