Qu'est-ce qu'un médicament générique ?

Qu'est-ce qu'un médicament générique ?

En fonction de la pathologie de son patient, un médecin peut prescrire un médicament original (princeps) ou un médicament générique. A l'officine, le pharmacien doit toujours substituer un princeps par un générique sauf si l'ordonnance mentionne « non substituable ». Mais qu'est-ce qu'un médicament générique ? Existe-t-il des différences avec le médicament original ? Nous répondons maintenant à toutes ces questions. 

Qu'est-ce qu'un médicament générique ?

Lors de sa mise sur le marché, un nouveau médicament est protégé par un brevet d'exploitation. Pendant 20 ans, l’entreprise pharmaceutique est la seule à pouvoir le commercialiser. Passé ce délai, la licence tombe dans le domaine public. D'autres firmes pharmaceutiques peuvent commercialiser une copie de ce médicament : c'est le générique.

Médicament original et générique : quelles différences ?

Le médicament générique est l'équivalent du princeps. Il présente la même forme pharmaceutique et la même composition qualitative et quantitative en substances actives. Le générique est également soumis aux mêmes normes de sécurité et d'efficacité.

Seuls le nom, l'emballage et les ingrédients non-actifs (excipients) du médicament original peuvent être modifiés pour obtenir un médicament générique. La copie doit être vendue sous le nom chimique de la molécule active (dénomination commune internationale) ou sous un autre nom commercial suivi de la mention « Gé » soulignée d'un trait. La modification des excipients peut entraîner des effets indésirables notamment en cas d'excipients à effet notoire comme le saccharose, le sodium ou l'arachide.

Prix et remboursement du médicament générique

Le médicament générique est vendu moins cher que l'original. Son prix correspond au coût de production, le médicament ne nécessitant pas de programme de recherche puisque les molécules utilisées ont déjà été étudiées.

Tout comme les médicaments originaux, les médicaments génériques donne droit au tiers payant : en présentant sa carte vitale, le patient ne paye pas la part remboursée par l'assurance maladie. Le taux de remboursement est également le même.


Un pharmacien doit donc à tout moment substituer un médicament générique au médicament princeps, sauf indication contraire du médecin (mention « non substituable »). Toutefois, le patient a le droit de refuser cet échange. Il perd alors le droit au tiers payant et doit avancer les frais avant de se faire rembourser par sa caisse d'assurance maladie.