Comment choisir et entretenir ses aides auditives ?

Comment choisir et entretenir ses aides auditives ?
La perte d’audition peut avoir des conséquences dramatiques, que l’on a tendance à sous-estimer. Elle rend difficile le suivi des conversations, ce qui réduit la sociabilité. Parmi ses conséquences potentielles : dépression, détresse psychologique, fatigue, irritabilité, stress… Parfois, une solution médicale existe, mais souvent, la correction du trouble passe par le port d’aides auditives. Elles ne soignent pas mais améliorent considérablement la qualité de vie de leur porteur. Il en existe plusieurs types : les assistants d’écoute disponibles en pharmacie, les appareils auditifs des audioprothésistes, les dispositifs à conduction osseuse et les implants cochléaires.
Pharma GDD fait le point sur les différents modèles d’aides auditives ainsi que sur les piles et le matériel nécessaire à leur entretien.

Les aides auditives 

Il en existe plusieurs types, s’adaptant à toutes les situations, permettant d’améliorer l’audition et donc la qualité de vie des personnes appareillées. Elles aident à mieux entendre, et parfois à mieux discriminer les sons dans un environnement bruyant. Leurs bienfaits ne se limitent pas à une meilleure perception des sons : elles amélioreraient également l’équilibre.
Ces aides auditives n’ont que peu à voir avec leurs ancêtres, comme par exemple le cornet d’antan. Elles sont beaucoup plus discrètes et agréables à porter.

Principe

Il est simple : ces appareils pour les oreilles sont constitués d’un microphone, d’un amplificateur et d’un écouteur. Ils captent le son, l’amplifient et le renvoient directement dans le canal auriculaire.

Les différents modèles

Il existe trois grands types d’aides auditives :
  • L’appareil intra-auriculaire : le micro et l’écouteur sont situés directement dans le conduit auditif externe. Ce sont des prothèses très discrètes, mais inefficaces en cas de surdité importante. Il en existe même une version dite « intra auriculaire profond », située près du tympan, véritable appareil auditif invisible. Ces prothèses requièrent une bonne dextérité pour être manipulées.
  • L’appareil à écouteur déporté : il est constitué d’un petit dispositif comprenant le micro et se plaçant derrière l’oreille, et d’un écouteur, relié au dispositif par un fil, se glissant dans le conduit auditif. Il convient surtout pour les pertes auditives situées dans les fréquences aiguës.
  • Le contour d’oreille : il est semblable aux prothèses à écouteur déporté, à ceci près que l’écouteur est placé près du micro, derrière l’oreille, et que le son est transmis par un tube qui va dans le conduit auditif. Il est adapté aux surdités fortes. 

L’assistant auditif

C’est une prothèse auditive disponible en pharmacie. Elle répond aux besoins de personnes ayant une perte auditive légère, voire moyenne. Elle est plus simple et moins coûteuse qu’un appareil auditif. En contrepartie, ces amplificateurs auditifs ne disposent pas des réglages effectués par un audioprothésiste visant à personnaliser la prothèse auditive à la situation de la personne.
Ils amplifient les sons et les renvoient dans le canal auriculaire du malentendant. Ils corrigent les presbyacousie d’intensité légère à modérée.
Ils peuvent suffire ou constituer un essai avant d’envisager le passage à un appareil auditif plus complexe acquis auprès d’un audioprothésiste.
Notre sélection :

L’appareil auditif

Ces prothèses auditives sont disponibles auprès des audioprothésistes. Elles sont chères mais plus perfectionnées et sont également personnalisées à la perte d’audition de chacun.

Un appareil personnalisé

Comme les assistants auditifs, les audioprothèses captent et amplifient les sons, qu’elles renvoient ensuite dans le conduit auditif. Mais la comparaison s’arrête là : ces appareils auditifs haut de gamme sont personnalisables et incorporent des programmes affinant la perception du son et améliorant le confort d’utilisation.
Le travail de l’audioprothésiste consiste à adapter l’appareil à l’audition de la personne. La prothèse sera calibrée pour amplifier les sons sur les fréquences mal perçues. Il faudra plusieurs séances chez l’audioprothésiste pour régler l’aide auditive. Ces appareillages auditifs disposent également de filtres perfectionnés, et sont parfois connectables à d’autres dispositifs (téléphone, télévision...), offrant par exemple une meilleure compréhension des voix dans l’environnement.

Le CROS

CROS est l’acronyme de Controlateral Routing of Signal, Envoi Controlatéral du Signal. Les appareils CROS conviennent pour les surdités unilatérales (surdité d’une oreille) : ils captent le son au niveau de l’oreille sourde et le renvoient dans l’oreille saine. Ils se présentent sous la forme de contours d’oreille ou d’intra auriculaires.

La conduction osseuse

Les audioprothèses précédentes étaient à conduction aérienne. Il existe également des prothèses à conduction osseuse. C’est un traitement adapté à certaines surdités de transmission ou mixtes, interrompant le trajet normal du son par l’oreille moyenne. L’idée est de transmettre le son à l’oreille interne non pas par voie aérienne, mais par voie osseuse. Dans ce cas, une aide auditive est soit intégrée dans une branche de lunette auditive faisant pression contre l’os mastoïde, soit implantée chirurgicalement. L’aide auditive transforme les sons en vibrations qu’elle envoie ensuite dans l’oreille interne par les os du crâne. Les prothèses implantées chirurgicalement sont de 2 grands types : les percutanées, se fixant sur une vis implantée dans l’os et émergeant à travers la peau ; les sous-cutanées, avec une prothèse aimantée à un dispositif située sous la peau. Des modèles se fixant sur les dents ont également été développés.

L’implant cochléaire

Il est proposé dans le cas de surdités profondes touchant les deux oreilles. Les sourds d’une oreille (surdité unilatérale) peuvent, dans certains pays, en disposer.
C’est à ce jour le seul implant remplaçant un sens perdu. L’appareil se substitue totalement à l’oreille non fonctionnelle. Il capte les sons à l’aide d’un micro, les transforme et les envoie à la cochlée directement. Il est constitué d’une partie externe, qui comprend les récepteurs du son, et d’une partie interne, aboutissant directement sur la cochlée. L’implant convertit les sons extérieurs en signaux électriques qui sont ensuite envoyés à la cochlée via des électrodes.
L’implant cochléaire est implanté chirurgicalement. Il faut ensuite une période de rééducation pour en tirer son plein potentiel.

L’entretien des aides auditives

Les prothèses et assistants auditifs sont exposés au cérumen et à la transpiration, susceptibles de les endommager. Ils doivent faire l’objet d’un entretien soigneux. Ces appareils fonctionnant à l’électricité, ils disposent soit d’une batterie ou d’un accumulateur qu’il faut recharger, soit de piles.

Les piles auditives

Ce sont généralement des piles dites « Air-Zinc » de petite taille, se présentant sous la forme de cylindres courts. Elles sont recouvertes d’un autocollant. Lorsqu’il est retiré, l’air réagit avec les composés chimiques de la pile et amorce la production d’électricité. Il faut attendre une minute après retrait de l’autocollant avant de glisser la pile dans l’appareil.
Il existe 4 grands types de piles auditives, reconnaissables à la couleur de l’autocollant :
Taille de la pile Autonomie moyenne Couleur de l’autocollant
Taille 10 4 à 5 jours jaune
Taille 312 8 à 10 jours marron
Taille 13 10 à 15 jours orange
Taille 15 2 à 3 semaines bleu

Un appareil donné n’accepte qu’un seul type de piles.
Ces piles sont conditionnées dans des barillets en plastique transparent permettant d’un coup d’œil de voir le nombre d’exemplaires restants.
Notre sélection :

La déshydratation de l’aide auditive

L’humidité est l’ennemie des appareils auditifs. Ceux-ci étant exposés à la transpiration, ils doivent impérativement être séchés régulièrement. Pour les déshydrater, des boîtes de dessiccation fonctionnant à l’aide de pastilles ou des assécheurs électroniques sont disponibles. La transpiration et le cérumen peuvent également boucher le tuyau en plastique souple des prothèses à contour d’oreille. La poire soufflante permet de déboucher le tuyau obstrué.

Le nettoyage de la prothèse

Le cérumen s’accumule autour de la partie du dispositif situé dans le conduit auditif. Pour l’ôter et désinfecter l’appareil, il faut utiliser des sprays et lingettes adaptés.

Les aides à la mise en place de la prothèse

Les personnes âgées ou atteintes de multiples pathologies ont parfois des problèmes de vue ou une dextérité diminuée en plus de leur trouble de l’audition. Elles rencontreront peut être des difficultés à mettre en place les appareils auditifs, qui finiront relégués dans un tiroir. En effet, la miniaturisation qui autorise des prothèses légères et discrètes, a un effet secondaire : elle rend les prothèses difficiles à manipuler.
Pour améliorer la vie de ces personnes et leur permettre de pleinement bénéficier de leurs appareils, les proches et personnels soignants apportent parfois leur aide. On rappellera que l’aide auditive se plaçant à gauche sont marquées d’un repère bleu, celles à droite d’un repère rouge et qu’il faut penser à ouvrir les compartiments des piles des appareils avant de les assécher pour une bonne déshydratation.
Enfin, les aides auditives rechargeables sans piles permettent d’éviter la délicate opération de changement des piles et sont donc particulièrement intéressantes pour ces personnes.

Voyager avec ses aides auditives

Il est utile d’emporter des piles de rechange dans son bagage de cabine et dans sa valise, pour ne pas se retrouver à court en cas de perte de cette dernière. Il ne faut pas oublier de prévoir l’adaptateur pour les appareils électriques (station de chargement, dessiccateur électronique…).
Les dispositifs de sécurité des aéroports sont sans influence sur les prothèses auditives.


La déficience auditive peut avoir de multiples causes. Elle peut passer inaperçue, en l’absence de passage d’un test auditif. Elle touche en particulier les personnes âgées, souvent atteintes de presbyacousie. Les conséquences de la surdité vont souvent au-delà d’une simple difficulté à percevoir les sons. Les aides auditives apportent une aide appréciable améliorant la qualité de vie de leurs porteurs. Il en existe de tous types, adaptées à chacun.