Aciclovir Mylan 5% crème flacon pompe 2 g


Herpès labial (bouton de fièvre) - A partir de 6 ans
  • Pour qui Pour qui : Dès 6 ans
  • Mode d'administration Mode d'administration : Voie cutanĂ©e
  • Femme enceinte Femme enceinte : Sur avis mĂ©dical
  • Allaitement Allaitement : Sur avis mĂ©dical
  • Forme Forme : Crème
  • Photosensibilisant Photosensibilisant : Oui

3,69 â‚¬
3,69 â‚¬
La crème Aciclovir Mylan 5% en flacon pompe (de 2g) est indiqué dans le traitement des poussées d'herpès labial localisé appelé aussi "boutons de fièvre".

Ce médicament est réservé à l'adulte et à l'enfant de plus de 6 ans. 

Le principe actif est l'aciclovir (50mg/1g) qui est un antiviral à usage topique. 

Excipients: propylèneglycol, vaseline blanche, paraffine liquide, ARLATONE 983S (monostéarate de polyoxyéthylène 30), alcool cétylique, diméticone, eau purifiée.

L'excipients à effet notoire est le propylèneglycol. 

Posologie de la crème Aciclovir Mylan 5%

Vous pouvez appliquer la crème sur les lésions mais exclusivement au niveau des lèvres et autour des lésions, 5 fois par jour avec un intervalle d'environ 4 heures entre 2 applications.

Le traitement sera d'autant plus efficace si il est commencé tôt. Vous devez débuter les applications dès les premières démangeaisons ou brûlures avant même que n'apparaissent les vésicules.

Il est limité à 10 jours, en l'absence de cicatrisation du bouton de fièvre, consultez votre médecin.

Vous devez vous laver les mains soigneusement avant et après application de la crème afin d'éviter de transmettre l'infection. L'application se fait au doigt en débordant largement autour de la lésion. 

Précautions d'emploi

Une consultation au préalable de votre médecin vous est conseillée en cas de doute sur la nature de votre lésion ou si vos fonctions immunitaires sont diminuées.

En cas de poussées d'herpès labial, il y a des précautions d’hygiène qui s'imposent pour éviter de transmettre le virus : Vous devez évitez le contact rapproché, un baiser par exemple, avec votre entourage, n'embrasez jamais un enfant en bas âge, lavez-vous soigneusement les mains en cas de contact avec la lésion, au cours du traitement, pour ne pas propager les lésions, ne frottez ni vos yeux ni vos paupières avec vos mains et si vous portez des lentilles de contact, ne les humidifiez jamais avec votre salive, il vous est conseillé d'éviter de toucher ou de gratter les lésions.

Ne réutilisez pas cette crème en cas de lésion sur une autre localisation mais demandez un avis médical.

Comme il est déconseillé d'utiliser Aciclovir Mylan Pharma 5%, crème, avec d'autres crèmes il vous est toujours conseillé d'informer votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez ou avez pris récemment un autre médicament, même s'il s'agit d'un médicament obtenu sans ordonnance.

Les femmes enceintes ou allaitantes ne doivent pas utiliser cette crème sans avoir demandé l'avis de leur médecin ou pharmacien.

La notice est consultable sur notre site pour plus d'informations.

 LE CONSEIL DU PHARMACIEN

Qu'est-ce que l’herpès labial ?

L’herpès labial, également appelé « bouton de fièvre » est une lésion localisée sur les lèvres qui se manifeste par une éruption de plusieurs petites vésicules. C’est une affection d’origine virale souvent bénigne, fréquemment récidivante qui guérit en quelques jours.
Il se traite localement mais certaines mesures doivent être respectées afin d’éviter la contamination et de limiter les risques de propagation.

Le virus de l’herpès

Il existe deux types de virus herpétiques humains : Herpes Virus Simplex ( HSV) responsables de ces atteintes cutanéo-muqueuses : le HSV-1 est principalement à l’origine des formes orales (dont l’herpès labial) et le HSV-2 des formes génitales. Cette distinction est moins systématique en raison notamment de l’évolution des pratiques sexuelles (sexe oral).
Le premier contact avec le HSV-1 est appelé primo infection. Celui-ci a lieu généralement au moment de l’enfance et passe souvent inaperçu. Cependant, dans certains cas, la primo infection peut se manifester sous une forme plus agressive, la gingivostomatite herpétique. Il s’agit d’une atteinte au niveau des gencives, celles-ci sont gonflées et douloureuses, des lésions de type aphteuses apparaissent et l’alimentation devient compliquée.
Après avoir infecté les cellules épithéliales, le virus va se loger dans les racines nerveuses sensitives innervant la région concernée et va rester ainsi présent « endormi » dans le ganglion sensitif correspondant. On parle d’un état latent.
Le virus peut alors être réactivé en présence de facteurs déclenchants comme par exemple un stress, le soleil, un épisode fiévreux, une fatigue, le froid, des traitements médicamenteux (corticoïdes, immunosuppresseurs).
Cette réactivation virale est responsable de l’herpès labial. Dans certains cas, ces épisodes peuvent s’avérer fréquents.
On estime à 80 % le taux de porteurs sains mais seuls 20 % développerait un herpès labial récidivant.

L’apparition des lésions est souvent précédée de signes précurseurs, comme des petits picotements. Celles-ci apparaissent ensuite sous forme de petites vésicules contenant un liquide clair rempli de virus. Elles évoluent en s’asséchant et guérissent en une dizaine de jours.
La transmission interhumaine se fait par contact. La contagion démarre dès les premiers signes et se poursuit jusque l’apparition des croûtes.

Le traitement pour soigner un bouton de fièvre

Le traitement est local. Il a pour objectif de soulager la douleur, diminuer l’inconfort, accélérer la guérison et éviter la contagion :
Les crèmes anti virales pour soigner un bouton de fièvre les plus utilisées sont celles à base d’Aciclovir comme l’Aciclocir Mylan crème. Elles bloquent la multiplication du virus. Elles sont d’autant plus efficaces que leur application est précoce, dès les premiers signes. Elles sont actives pendant la phase de développement viral c’est à dire jusqu’à la formation de la croûte.
Les crèmes anesthésiantes peuvent trouver leur utilité lorsque l’épisode est invasif, particulièrement douloureux et qu’il gène l’alimentation. Attention, elles sont contre indiquées chez les enfants en raison du risque de fausses routes qu’elles peuvent induire.
Les crèmes émollientes pourront être appliquées sur les croûtes pour faciliter la cicatrisation.

Lorsque les épisodes récidivants se multiplient, à partir de 6 poussées par an, un traitement oral antiviral prolongé est préconisé pour limiter les récidives.

La prévention

Certaines personnes sont plus sujettes aux réactivations virales et elles connaissent leurs facteurs déclenchants : limiter l’exposition aux situations à risques utilise identifiées est une excellente mesure préventive contre les boutons de fièvre ! Comme par exempler une protection labiale solaire lorsque le soleil est en cause ou se protéger du froid correctement.

Une précaution essentielle à prendre est d’éviter la contamination à autrui et surtout aux autres régions corporelles comme la région oculaire. En effet, la propagation du virus HSV-1 à l’œil est à l’origine de conjonctive mais plus gravement de kératite herpétique due à l’atteinte de la cornée. Si lors d’une poussée herpétique une douleur ou une gêne oculaire apparaît, une consultation médicale doit être envisagée.

Pour éviter tous ces risques, certaines précautions et mesures hygiéniques sont vivement conseillées :
- se laver correctement les mains avant et après chaque soin local.
- limiter les contacts.
- ne surtout pas gratter les croûtes.
- ne pas se frotter les yeux.
Myriam Gorzkowski

Myriam Gorzkowski

Docteur en pharmacie

Mis Ă  jour le 26/06/2019