Mirvaso gel 30 g


Rougeurs
  • Pour qui Pour qui : Adulte
  • Mode d'administration Mode d'administration : Voie cutanĂ©e
  • Femme enceinte Femme enceinte : Non autorisĂ©
  • Allaitement Allaitement : Non autorisĂ©
  • Indication : RosacĂ©e

 La lĂ©gislation française ne permet pas la vente en ligne des mĂ©dicaments sur ordonnance.
Référence Prix
3400928027788 42,90 â‚¬
Mirvaso 3 mg/g, gel contient la substance active appelée brimonidine, qui appartient à un groupe de molécules généralement connu sous le nom d'agonistes des récepteurs alpha adrénergiques.

Il est utilisé pour le traitement cutané des rougeurs du visage provoquée par la rosacée chez l'adulte.

Les rougeurs du visage provoquées par la rosacée sont dues à un afflux important de sang au niveau de la peau du visage. La conséquence est le gonflement (dilatation) des vaisseaux sanguins de la peau.

Lorsque Mirvaso est appliqué sur le visage, il agit en réduisant la taille (le diamètre) des vaisseaux sanguins de la peau.

Conditionnement : Tube de 30 g
Ce que contient Mirvaso
  • La substance active est la brimonidine. Un gramme de gel contient 3,3 mg de brimonidine, équivalent à 5 mg de tartrate de brimonidine.
  • Les autres composants sont : carbomère, parahydroxybenzoate de méthyle (E218), phénoxyethanol, glycérol, dioxide de titane, propylèneglycol, hydroxide de sodium, eau purifiée.


Mirvaso contient :
  • Du parahydroxybenzoate de méthyle qui peut provoquer des réactions allergiques (éventuellement retardées).
  • Du propylèneglycol qui peut induire des irritations cutanées.
Veillez à toujours utiliser ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin ou pharmacien. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.


Important :
Mirvaso est réservé à l'application sur la peau du visage de l'adulte. Ne pas utiliser ce médicament sur d'autres parties de votre corps, surtout les muqueuses, par exemple vos yeux, bouche, nez ou vagin.
Ne pas avaler.
Tenir hors de la portée des enfants.
La dose recommandée pour ce médicament est une application par jour sur la peau du visage. Vous devez appliquer une quantité de médicament équivalente à un petit pois sur chacune des cinq zones du visage (le front, le menton, le nez et chaque joue). La dose quotidienne maximale est équivalente à cinq petits pois de gel. Vous devez éviter les yeux, les paupières, les lèvres, la bouche et l'intérieur du nez. En cas de contact accidentel sur ces zones, lavez-les immédiatement avec beaucoup d'eau.
Appliquez le médicament doucement et uniformément sur toutes les zones affectées.
Ne pas appliquer d'autres médicaments pour la peau ou des produits cosmétiques immédiatement avant l'application de Mirvaso.
Vous devez utiliser ces produits une fois que Mirvaso a été absorbé par la peau.
Lavez-vous les mains immédiatement après avoir appliqué Mirvaso.


Comment ouvrir un tube muni d'un bouchon de sécurité enfants :
Pour éviter de répandre accidentellement le gel, ne pas comprimer le tube à l'ouverture ou à la fermeture.
Enfoncez le bouchon et faites-le tourner dans le sens contraire des aiguilles d'une montre (un quart de tour vers la gauche). Tirez ensuite le bouchon.


Comment fermer un tube muni d'un bouchon sécurité enfants :
Alignez les rainures du bouchon avec celles de l'ouverture du tube. Enfoncez le bouchon et faites-le tourner dans le sens des aiguilles d'une montre (un quart de tour vers la droite).


Si vous avez utilisé plus de Mirvaso que vous n'auriez dû :
L'application d'une quantité qui dépase la dose quotidienne recommandée sur une période de 24 heures est suceptible de causer une irritation cutanée ou d'autres effets indésirables au site d'application. Des applications répétées sur une même période de 24 heures pourraient entraîner des effets indésirables, comme baisse de la pression artérielle, somnolence ou torpeur.
Veuillez contacter votre médecin, qui vous conseillera sur les mesures à prendre.


Si une personne, surtout un enfant, avale accidentellement Mirvaso, elle peut présenter des effets indésirables graves qui doivent être traités à l'hôpital.
Contactez immédiatement votre médecin ou allez sans attendre aux urgences d'un hôpital si vous, un enfant ou quelqu'un d'autre a avalé ce médicament et présente l'un des symptômes suivants : sensation de vertiges due à une baisse de la pression artérielle, des vomissements, une fatigue ou somnolence, un ralentissement ou des irrégularités des battements du coeur, un rétrécissement des pupilles (contraction des pupilles), une difficulté ou un ralentissement de la fréquence respiratoire, une faiblesse généralisée, une baisse de la température corporelle et des convulsions (crises). Prenez le tube de gel avec vous afin que le médecin sache ce que vous avez avalé.


Si vous oublier d'utiliser Mirvaso
Mirvaso agit au jour le jour dès le premier jour de traitement. Si vous oubliez une dose quotidienne, vos rougeurs ne seront donc pas réduites le jour en question. N'utilisez pas de double dose pour compenser la dose oubliée.


Si vous arrêtez d'utiliser Mirvaso
Adressez-vous à votre médecin avant d'arrêter votre traitement.
Si vous avez d'autres questions sur l'utilisation de ce médicament, demandez plus d'informations à votre médecin ou à votre pharmacien.




N'utilisez jamais Mirvaso :
- Si vous êtes allergique à la brimonidine ou à l'un des autres composants contenus dans ce médicament.
- Chez les enfants (en-dessous de 2 ans) qui peuvent présenter un risque plus important d'effets indésirables pour tout médicament appliqué sur la peau.
- Si vous prenez certains médicaments pour traiter la dépression ou la maladie de Parkinsson, comme les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) (par exemple la sélégiline ou la moclobémide), les antidépresseurs tricycliques (comme l'imipramine) ou les antidépresseurs tétracycliques (comme la maprotiline, la miansérine ou la mirtazapine), en raison du possible risque de baisse de la pression artérielle.


Avertissements et précautions
Adressez-vous à votre médecin avant d'utiliser Mirvaso :
- Si votre peau est irritée ou présente des plaies ouvertes,
- Si vous souffrez de problèmes cardiaques ou circulatoires,
- Si vous souffrez de dépression, d'une diminution du flux sanguin vers le cerveau ou le cœur, de troubles orthostatiques de la tension, d'une diminution du flux sanguin vers les mains, les pieds ou la peau, ou du syndrome de Sjögren (une maladie autoimmune chronique dans laquelle le système immunitaire attaque des glandes entraînant une sécheresse).
- Si vous avez actuellement ou avez eu des problèmes de rein ou de foie.

Si vous êtes dans une des situations décrites ci-dessus, adressez-vous à votre médecin car ce médicament pourrait ne pas vous convenir.


Enfants et adolescents
Ne pas administrer ce médicament aux enfants et adolescents âgés de moins de 18 ans, la sécurité et l'efficacité de Mirvaso n'ont pas été établies dans ce groupe d'âge. Mirvaso présente plus particulièrement un risque chez les enfants âgés de moins de 2 ans (voir "N'utilisez jamais Mirvaso").


Autres médicaments et Mirvaso
Informez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez, avez pris ou pourriez prendre tout autre médicament, car ces médicaments pourraient affecter votre traitement par Mirvaso ou Mirvaso pourrait affecter votre traitement par ces médicaments.
Ne pas utiliser Mirvaso avec la sélégiline, la moclobémide, l'imipramine, la miansérine ou la maprotiline, qui sont des médicaments pouvant être utilisés pour la dépression ou la maladie de Parkinson. Cela pourrait modifier l'efficacité de Mirvaso ou augmenter les possibilités d'effets indésirables comme par exemple la pression artérielle (voir "N'utilisez jamais Mirvaso").


Plus spécifiquement, informez votre médecin si vous prenez l'un des médicaments suivants :
- Pour le traitement de la douleur, des troubles du sommeil ou de l'anxiété.
- Pour le traitement des troubles psychiatriques (chlopromazine) ou pour l'hyperactivité (méthylphénidate) ou pour l'hypertension artérielle (réserpine).
- Agissant de la même manière que Mirvaso (autres alpha-agonistes, par exemple la clonidine ; pseudo-alpha bloquants ou alpha-antagonistes comme la prazosine, l'isoprénaline qui sont souvent utilisés pour traiter l'hypertension artérielle, le ralentissement du rythme cardiaque ou l'asthme).
- Des glucosides cardiotoniques (comme la digoxine) utilisés pour traiter les problèmes cardiaques.
- Pour baisser la pression artérielle, comme les béta-bloquants ou les bloqueurs de canaux calciques (par exemple le propranolol, l'amlodipine).
Si vous utilisez un des médicaments décrits ci-dessus, adressez-vous à votre médecin.


Mirvaso avec l'alccol
Informez votre médecin si vous consommez régulièrement de l'alcool, car ceci pourrait affecter votre traitement par ce médicament.


Grossesse et allaitement
L'utilisation de Mirvaso n'est pas recommandée pendant la grossesse et l'allaitement car ses effets sur l'enfant à naître ne sont pas connus.
Si vous êtes enceinte ou que vous allaitez, si vous pensez être enceinte ou planifiez une grossese, demandez conseil à votre médecin avant de prendre ce médicament.


Conduite de véhicules et utilisation de machines
Mirvaso a une influence nulle ou négligeable sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.


Mirvaso contient :
- Du parahydroxybenzoate de méthyle qui peut provoquer des réactions allergiques (éventuellement retardées),
- Du propylèneglycol qui peut induire des irritations cutanées.



Consulter la notice en cliquant ici si le PDF ne s'affiche pas.

 LE CONSEIL DU PHARMACIEN

La rosacée est une maladie cutanée chronique fréquente qui touche les petits vaisseaux sanguins du visage surtout dans sa partie centrale (front, nez, joues, menton). Cette atteinte des vaisseaux provoque des rougeurs occasionnelles ou persistantes et de la couperose, c'est-à-dire une dilatation anormale et permanente des vaisseaux visibles à l’œil nu.

Facteurs favorisants la rosacée

La rosacée touche 2 fois plus de femmes que d’hommes,  de 30 à 60 ans. Cela affecte 2 à 3% de la population. Les causes sont encore mal connues, on évoque des facteurs génétiques, environnementaux, la présence d’un acarien au niveau de la peau du visage… On sait néanmoins que certains facteurs climatiques ou alimentaires provoquent des bouffées vasomotrices :
  • L’exposition au soleil et au vent
  • Les températures basses ou excessives et surtout les changements brusques (passage du froid au chaud)
  • L’effort physique important
  • La fièvre
  • Les bains chauds
  • Les émotions
  • L’alcool, les épices, les boissons chaudes
  • L’utilisation des produits de soins contenant du parfum ou de l’alcool
  • Certains médicaments : corticoïdes, certains antihypertenseurs…

Formes de rosacée

Il existe 3 formes de rosacée qui ont chacune des symptômes particuliers mais qui peuvent, sur certaines périodes, se cumuler. Néanmoins, la plupart des patients ne développent que la forme vasculaire.
La forme vasculaire se manifeste par un érythème (rougeur persistante) au centre du visage, sauf sur le pourtour des yeux et de la bouche.
Dans certaines conditions, des bouffées de chaleur (flushs) surviennent aussi occasionnellement. Le visage et parfois le cou, rougissent alors beaucoup, avec une désagréable impression de chaleur. Toutefois, ces symptômes ont tendance à disparaître avec l’âge.
D’autres signes peuvent être associés, comme la couperose, constituée de télangiectasies (dilatation visible et permanente de petits vaisseaux de la peau) très rouges, voire violacées, juste sous la surface de la peau ; un œdème (gonflement) du centre du visage ; des sensations de brûlure et de piqûre ; un aspect rugueux de la peau accompagné d’une desquamation.
Elle peut être améliorée par des séances de laser, non prises en charge, qui atténuent les rougeurs et les télangiectasies. L’application de Mirvaso (brimonidine) permet de réduire la rougeur pendant une dizaine d’heures.

La forme papulo-pustuleuse : des papules rouges et des pustules, apparaissent par poussées,  et s’ajoutent alors aux signes vasculaires. Elles sont localisées au milieu du visage, autour de la bouche, des yeux et du nez et ne provoquent pas de démangeaisons.  Les symptômes s'améliorent le plus souvent spontanément, et plus rapidement sous l’action d’un traitement.
Le médecin prescrit le plus souvent un traitement local à base de métronidazole, qui a une activité antibactérienne et antiparasitaire. Il s’utilise lors des poussées et en traitement d’entretien pour éviter les rechutes. Ce traitement est photosensibilisant et ne doit pas être mis en contact avec les yeux. L’acide azélaïque peut être utilisé car il est anti-inflammatoire. Les formes sévères nécessitent l’emploi d’un antibiotique (doxycycline) qui ne peut être utilisé chez la femme enceinte. Il est lui aussi photosensibilisant.

La forme hypertrophique de la rosacée est la plus tardive dans l’évolution de la maladie et la plus rare (moins de 5 % des patients, avec une très grande prédominance masculine). Elle se manifeste par un épaississement de la peau et des tissus du visage, voire des oreilles, avec l’apparition de nodules d’aspect irrégulier et de télangiectasies. La pointe du nez est souvent la zone la plus touchée : elle prend un aspect rouge et gonflé, avec une dilatation des pores de la peau qui sécrète une importante séborrhée (rhinophyma). Cette forme a des répercussions psychologiques importantes pour des raisons d’ordre esthétique. Son traitement est chirurgical afin de restaurer la forme normale  du visage.

Complications de la rosacée

La rosacée peut être responsable d’une atteinte des yeux, provoquant une conjonctivite ou une blépharite ou bien encore une kératite. Les symptômes sont alors un larmoiement important avec des yeux injectés de sang, un gonflement et une rougeur des paupières avec des vaisseaux apparents, des démangeaisons, piqûres ou brûlures de l’œil, une sécheresse, une sensibilité à la lumière, une vue brouillée. Dans ce cas, le traitement consiste en l’administration d’antibiotiques par voie orale et en collyre accompagné de soins d’hygiène spécifiques pour soulager le patient.

Au quotidien, il faut bien nettoyer sa peau avec des produits de toilette très doux. Pour améliorer la qualité de vie du patient, il est possible d’avoir recours à des soins correcteurs ou du maquillage spécifique pour camoufler les rougeurs.
Myriam Gorzkowski

Myriam Gorzkowski

Docteur en pharmacie

Mis Ă  jour le 26/06/2019