La prostate et ses pathologies

La prostate et ses pathologies

La prostate est une glande du système reproducteur masculin dont la taille évolue au cours de la vie. Située sous la vessie, devant le rectum, elle participe à la conception du liquide séminal qui transporte les spermatozoïdes. En se contractant, elle permet également l'évacuation du sperme vers l'urètre.

La prostate peut être le siège de trois maladies aux symptômes similaires : la prostatite, l'hypertrophie bénigne et le cancer.

La prostatite

La prostatite est une infection de la prostate. On distingue la prostatite aiguë, la prostatite chronique bactérienne et le syndrome douloureux pelvien.

La prostatite aiguë touche essentiellement les hommes jeunes. Elle se manifeste par des troubles urinaires, des douleurs périnéales et de la fièvre. Principalement d'origine bactérienne, elle se traite à l'aide d'antibiotiques. Des antalgiques et des anti-inflammatoires peuvent être associés pour soulager les brûlures lors de la miction. Pendant la durée du traitement, les rapports sexuels doivent être protégés voire évités.

La prostatite chronique se manifeste par des douleurs pelviennes ainsi que des troubles lors de la miction. Lorsqu'elle est d’origine bactérienne, elle est traitée à l'aide d'antibiotiques. Dans le cas contraire, on parle de syndrome douloureux pelvien. Il faut alors déterminer les facteurs en cause pour mettre en place un traitement efficace.

Lorsqu'une prostatite n'est pas soignée, l'infection peut évoluer vers un abcès de la prostate voire une septicémie.

L'adénome ou hypertrophie bénigne de la prostate

L'adénome ou hypertrophie bénigne apparaît généralement après 50 ans. Il se manifeste par une forte augmentation du volume de la prostate qui comprime l'urètre et gêne la vidange de la vessie.

L'hypertrophie peut se manifester par des troubles de stockage de l'urine (augmentation de la fréquence des mictions, mictions nocturnes, besoin impérieux d'uriner, fuites urinaires) et des troubles d'évacuation (nécessiter de pousser pour uriner, diminution du jet d'urine, difficultés à terminer la miction, gouttes retardataires).

Le médecin doit avant tout écarter la thèse du cancer de la prostate avant de prescrire un traitement. Lorsque l'adénome est léger ou bien supporté, une simple surveillance est suffisante. Dans le cas contraire, le médecin peut prescrire un traitement phytothérapeutique ou des médicaments tels que les alpha-bloquants ou les inhibiteurs de la 5-alpha-réductase. Si le traitement médical n'est pas suffisant, une intervention chirurgicale peut être envisagée.

Le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers chez l'homme. Il est causé par la multiplication anarchique des cellules au sein de l'organe à l'origine d'une tumeur maligne. L'âge, les antécédents familiaux et l'origine ethnique sont des facteurs de risque.

Le cancer de la prostate évolue lentement, généralement sur une dizaine d'années. Le traitement diffère en fonction du stade de la tumeur. Ainsi, la chirurgie (prostatectomie), la radiothérapie, l'hormonothérapie et la chimiothérapie sont les solutions possibles pour traiter un cancer.