Cabinet médical : instruments médicaux et consommables indispensables

Cabinet médical : instruments médicaux et consommables indispensables
La baisse du nombre de médecins touche de nombreux départements en France. Pour pallier cette pénurie, le gouvernement a mis en place des réformes afin que chaque français puisse accéder aux soins médicaux, surtout dans les zones rurales. Depuis le 1er janvier 2018, l'Agence régionale de la santé propose aux médecins des aides financières afin qu'ils achètent le matériel nécessaire à leur installation. Outre, le matériel d'ameublement (divan d'examen), l'ordinateur ou l'aménagement de la salle d'attente, le médecin devra consacrer un certain budget aux instruments médicaux, au petit matériel chirurgical et aux consommables, tels que les draps d'examen, nécessaires à l'exercice de son activité tout en respectant scrupuleusement les règles d'hygiène. De quoi ont-ils exactement besoin pour prodiguer des soins de qualité ? Pharma GDD fait le point sur tous ces éléments.

Le matériel de diagnostic

La lampe stylo

La lampe stylo est un accessoire utilisé au quotidien par le médecin généraliste ou l'infirmière pour procéder à des examens de type ORL. Également appelée lampe à clip, elle sert à observer la cavité buccale grâce à un support pour abaisse langue. Son utilisation est très courante dans les services ambulatoires et surtout chez les médecins urgentistes. Cette lampe de diagnostic permet de déterminer si le patient a une réactivité pupillaire en cas d'accident grave de la route par exemple. La lumière qu'elle diffuse est de forte intensité délimitée et apporte ainsi un diagnostic très précis. Pratique et légère, la lampe stylo se glisse facilement dans une poche.

Les lunettes loupes

Les lunettes loupes sont parfois appelées loupes binoculaires ou loupes de berger. Elles permettent au praticien d'avoir une vision grossie plus précise tout en lui laissant les mains libres. Elles sont généralement utilisées par les chirurgiens, les dentistes, les dermatologues et les médecins généralistes.

Le marteau à réflexes

Le marteau à réflexes est un instrument utilisé lors d'un examen médical pour tester les réflexes au niveau des articulations tendineuses d'un patient (genou ou coude). Il s'agit d' une étape cruciale car elle permet d'orienter le diagnostic : le médecin peut ainsi se rendre compte si le réflexe est diminué ou exagéré.

Le marteau de Babinski est quant à lui utilisé lors d'examen pédiatrique pour tester les réflexes musculaires et neurologiques. Ce test est généralement effectué chez les enfants à partir de leurs 6 mois. Le signe de Babinski consiste à stimuler la plante du pied à l'aide d'un objet allant du talon vers les orteils. Selon le sens de réaction des orteils, le pédiatre peut déceler un éventuel problème neurologique.

Le spiromètre

Le spiromètre permet au patient de s'entrainer à inspirer profondément pour maintenir et développer sa capacité respiratoire. Il peut-être très utile dans un cabinet de kinésithérapie.

Le débitmètre de pointe

Le débitmètre de pointe, appelé également Peak Flow, est un instrument mécanique de mesure qui permet d'évaluer la quantité d'air rejetée par les poumons. C'est un outil de mesure très compact qui peut être utilisé par le patient à domicile et qui lui permet de déceler le commencement d'une crise d'asthme, de surveiller l'évolution des crises et de mesurer la gravité de la crise à venir. Ce test permet de contrôler le volume et le débit d'air expiré. Ensuite, les résultats sont comparés à ceux de quelqu'un sans problème respiratoire présentant les mêmes caractéristiques au niveau du poids, de la taille, du sexe et de l'âge. Cet appareil permet de détecter d'éventuelles maladies respiratoires telle qu'une broncho pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou d'en suivre l'évolution. Il existe des embouts en carton jetables qui s'adaptent au débitmètre et au spiromètre pour le respect des conditions d'hygiène.

Le lecteur de glycémie

Le médecin traitant et l'infirmière peuvent surveiller à l'aide d'un lecteur de glycémie si le traitement d'un patient lui est correctement adapté et administré. Indispensables aux patients atteints de diabète de type 1, le lecteur de glycémie est conçu pour améliorer le confort au quotidien du patient. Le médecin demandera au patient de contrôler plusieurs fois par jour sa glycémie capillaire à des moments précis de la journée. Cette procédure s'appelle l'autosurveillance glycémique. Concernant les diabétiques de type 2 insulinotraités, le lecteur de glycémie est tout de même nécessaire et les non-insulinotraités n'en ont pas réellement l'utilité. Toutefois le médecin traitant peut demander à ce que le patient procède à une autosurveillance pour lui permettre de suivre l'évolution de la maladie.

Le doppler

Le doppler est un appareil généralement utilisé par les cardiologues, les gynécologues obstétriciens, les angiologues et les médecins généralistes. Cet outil permet, lors d'un examen médical, de contrôler le flux sanguin dans les artères comme dans les veines. Couplé à une échographie, cet appareil utilise les ultra-sons et peut détecter une anomalie telle qu'une phlébite ou des plaques d'athéromes.

Un doppler permet aussi d'écouter les battements du cœur d'un fœtus. Le doppler fœtal Easydop permet par exemple d'écouter les mouvements et les battements cardiaques à partir de 12 semaines de grossesse. Le doppler Spengler permet une écoute fœtale et vasculaire. C'est un véritable produit professionnel auquel le praticien devra adapter les sondes en fonction de sa spécialité. Quel que soit le doppler que vous choisissez pour votre cabinet médical, il est recommandé de déposer du gel de contact lubrifiant sur la sonde pour un meilleur rendu de l'écoute.


Notre sélection :

Les consommables à usage unique

Les draps d'examen

Le drap d'examen sert à la protection de la table d'examen sur laquelle le patient va être installé pendant la consultation. Il limite la transmission et la contamination des microbes et bactéries entre chaque rendez vous. Leur utilisation permet au praticien de ne pas devoir désinfecter son divan d'examen après chaque patient. Par ailleurs, le drap d'examen améliore le confort de la patientèle car il permet de ne pas se retrouver au contact généralement froid du divan d'examen. Il existe plusieurs types de drap d'examen. Tout d'abord, le modèle gaufré possède un taux d'absorption supérieur à la ouate de cellulose. Il est plus résistant et apporte un confort plus important au patient. Le modèle composé de ouate de cellulose correspond au modèle standard et possède une structure lisse. Ce modèle offre la protection minimale. Les draps d'examen plastifiés sont principalement appréciés des kinésithérapeutes et des gynécologues car ils garantissent une grande résistance lors des manipulations et détiennent une grande efficacité d'absorption.

Les essuie mains

Le séchage des mains est une phase importante dans les procédures d'hygiène. L'utilisation d'essuie mains à usage unique est reconnue pour être la méthode la plus efficace pour limiter la prolifération des bactéries et des virus. L'installation de distributeur est nécessaire au sein de tous les établissements accueillant des patients, chez les professionnels de santé, ou les Ehpad. Il existe 2 formats possibles d'essuie-mains : soit sous forme de bobine, soit enchevêtré.

Les abaisse-langues

Les abaisse-langues sont des dispositifs médicaux qui permettent d'examiner l'intérieur de la bouche. Conçus en bois naturel pour ne pas blesser les muqueuses, ils existent pour adultes et pour enfants.

Les pansements

Les pansements sont des dispositifs médicaux qui protègent et favorisent la guérison d'une plaie. Le professionnel de santé doit en adapter l'usage en fonction du type de plaie car il existe plusieurs catégories de pansements. Le pansement sec est, entre autre, le dispositif le plus utilisé par les infirmières lors d'une prise de sang par exemple. Il s'agit tout simplement d'une compresse non imbibée de produit retenue par du sparadrap ou une bande adhésive.

Le pansement hydrocellulaire permet de maintenir la plaie dans un environnement chaud et humide afin qu'elle cicatrise au plus vite. Ces pansements absorbent l'exsudat de la plaie grâce à la compresse en mousse de polyuréthane entourée d'un adhésif qui colle à la peau saine et non sur la plaie. Ils permettent les échanges gazeux tout en restant perméables aux bactéries. Ces pansements sont généralement utilisés en cas d'escarres, de brûlure, ou d'ulcère chez un patient.

Les pansements absorbants, aussi appelés pansements américains, permettent de ralentir un saignement important. Les pansements hydrocolloïdes se présentent sous forme de pâte ou d'adhésif. Élaborés à base de carboxylométhylcellulose, ils maintiennent la plaie dans un environnement humide et chaud favorable à la cicatrisation. Ils permettent un contrôle visuel de l'évolution de la plaie et évitent des exsudats trop importants grâce à la formation d'un gel à leur contact. Ils sont préconisés en cas de brulure, d'escarre, de nécrose, et peuvent être appliqués après une amputation.

Les pansements gras, dits pansements interfaces, sont caractérisés par leur présentation en maillage recouvert de vaseline ou de paraffine. Ils sont recommandés pour les plaies en phase de reconstruction de nouvelles cellules, et les brûlures.

Pour en savoir plus, dirigez-vous vers notre fiche conseil : "Comment choisir son pansement ?".

Les gants médicaux

Les gants médicaux sont essentiels car ils permettent aux professionnels de santé d'ausculter un patient sans prendre le risque de le contaminer avec des bactéries présentes sur les mains. Il existe plusieurs modèles de gants médicaux, qui se distinguent essentiellement par leur matière (latex, vinyle, nitrile, polyéthylène) et leur aspect poudré ou non poudré.

Les aiguilles et les seringues

Les aiguilles permettent de réaliser des injections ou des ponctions. Elles sont principalement utilisées par les infirmières et les médecins qui posent un garrot pour comprimer légèrement la veine à piquer. L'aiguille sert à effectuer des prélèvements sanguins grâce aux aiguilles hypodermiques, ou d'injecter des traitements locaux comme les infiltrations à l'aide d'aiguilles de mésothérapie.

La seringue est le contenant permettant l'injection du médicament ou du vaccin, ou recevant le prélèvement de sang. Il existe 2 types de seringues : les modèles 2 pièces ou 3 pièces. La différence entre les 2 est la présence d'un caoutchouc au bout du piston qui améliore la glisse.

Les collecteurs à aiguilles DASRI

Les collecteurs à aiguilles sont obligatoires dans tout établissement de santé. Ils permettent le stockage d'éléments piquants, coupants et tranchants, des déchets mous (compresses et pansements), des objets souillés par du sang comme les lames de bistouris, les déchets anatomiques humains, et les déchets dangereux comme les déchets de traitement anticancéreux. Il s'agit d'une démarche réglementée qui assure une sécurité pour le personnel soignant et le patient, le respect des règles d'hygiène, la veille de la protection environnementale. Une fois rempli, le récupérateur dispose d'une fermeture définitive et sera acheminé dans un véhicule ventilé auprès d'une société spécialisée qui procédera à son incinération.


Notre sélection :

Les instruments

Les ciseaux et bistouris

Les ciseaux sont un élément de base à avoir dans un cabinet médical. Ils permettent de découper des bandes ou des pansements et en cas d'extrême urgence de découper les vêtements à l'aide de ciseaux lister croix rouge. Le ciseau mousse est le plus connu d'entre eux. Les lames peuvent être droites ou courbées.

Les pinces

Les pinces servent généralement à retirer un corps étranger au corps humain telle que la pince à disséquer ou à échardes.

Les spéculums

Les spéculums sont des ustensiles stériles et à usage unique qui permettent d'effectuer des examens gynécologiques. Fabriqués en plusieurs tailles, ils trouvent leur place dans les cabinet de gynécologie et chez le médecin généraliste.


Notre sélection :

Désinfection des instruments et du cabinet médical

Tout matériel médical et de chirurgie réutilisable doit être mis à tremper dans des produits désinfectants après leur utilisation. Le temps de trempage des instruments est de minimum 15 minutes pour éliminer les bactéries et les levures. En ce qui concerne les mycobactéries, un temps de trempage de 60 minutes est recommandé. Les instruments doivent ensuite être rincés à l'eau claire et séchés soigneusement avec un linge propre. Pour un nettoyage plus précis et pour désoxyder le matériel, il est recommandé d'utiliser un appareil à ultrasons comme le Minicomed qui offre une capacité de 600 ml. Certains produits détergents ravivent les instruments en acier inoxydable et sont capables d'éliminer les traces de rouille et d'oxydation.

Entre chaque consultation, il est nécessaire qu'un médecin, une infirmière et même un kinésithérapeute procède à la désinfection de la table d'examen et des outils qu'il a utilisé pour éviter la prolifération des bactéries. Les lingettes désinfectantes assurent une décontamination rapide et efficace. Le nettoyage et la désinfection des hôpitaux et des cabinets médicaux passent aussi par la décontamination des sols et des surfaces afin d'éviter la transmission de maladies nosocomiales par examen. Les désinfectants de surface sont prêts à l'emploi et garantissent un nettoyage complet du bureau, du divan d'examen, des chaises dans la salle d'attente.


Notre sélection :

Tout au long de sa carrière, le professionnel de santé connait des coûts de fonctionnement très importants pour pouvoir prodiguer des soins de qualité auprès de ses patients. L'orientation sur l'achat de matériel de qualité et adapté à son activité lui permet une meilleure prise en charge de ses patients et fidélisera au mieux la patientèle.